A Monster Calls de Patrick Ness

Depuis que sa mère a commencé à prendre des traitements contre le cancer, Conor fait des cauchemars dans lesquels se manifeste un monstre. Il ne s’attend donc qu’à une chose: que le monstre qui hante ses nuits vienne en finir – mais le monstre qui lui rend visite s’avère bien différent de celui auquel il pensait. Sous l’apparence d’un arbre, ce monstre ancien et mystérieux va exiger de Conor la chose la plus difficile mais aussi celle qui demande le plus de courage – dire la vérité.


A Monster Calls est à la base une idée de Siobhan Dowd, décédée avant de pouvoir mettre son histoire sur papier. Dans son imagination, un monstre venait voir un petit garçon quelques minutes après minuit. Si Patrick Ness ne voulait pas au départ écrire le roman par respect pour son auteur original, il n’a cependant pas réussi à se détacher de cette idée forte. Peu à peu, une histoire s’est formée dans sa tête – et pour ne pas que cette brillante idée ne fane, il a écrit A Monster Calls.

A Monster Calls se penche sur un sujet particulièrement touchant – le deuil d’un parent par un enfant. Mais ce n’est pas tout, Patrick Ness nous parle aussi des sentiments humains, de l’épuisement moral, de la descente aux enfers d’un enfant qui pense qu’il mérite d’être puni. Plus inhabituellement, l’auteur va mettre un sujet tabou en avant – un sujet que je ne peux pas révéler sans vous spoiler la fin de l’histoire (du coup, je vais m’abstenir :D).

Conor est un enfant sensible qui vit avec sa mère malade. Son père les a quitté pour fonder une autre famille, sa meilleure amie l’a trahi, ses camarades d’école l’évitent comme la peste mis à part trois bourreaux… Conor doit devenir un adulte alors qu’il n’est encore qu’un enfant. Pire, Conor cesse peu à peu d’exister aux yeux des autres.

Conor est un personnage pour lequel j’ai eu beaucoup d’empathie. On voit que c’est un bon garçon, mais on ne comprend pas bien pourquoi il se punit. Quand j’ai découvert la fin, tout était plus clair et j’étais très étonnée de voir que l’auteur a osé, avec délicatesse, parler de ce sujet-là. Même si je n’ai pas pleuré, j’ai tout de même versé quelques larmichettes…

En fait, ce qui a apaisé mes émotions, c’était la présence du monstre. J’ai trouvé qu’il était réconfortant d’une certaine manière. Il n’est ni bon, ni méchant, et on découvre avec Conor ses enseignements. Les leçons, données sous forme de conte, illustrent cette barrière floue entre le bien et le mal, les méchants et les gentils, ceux qui méritent et ceux qui ne méritent pas.

Stories don’t always have happy endings.

Le monstre se présente toujours à 12:07 – une heure significative. Outre le fait qu’il raconte des histoires, ce monstre est présent pour aider et accompagner Conor durant sa période de deuil – un deuil qui perdure depuis l’échec des traitements contre la maladie.

Le roman se lit très vite, mais j’ai dû faire des pauses entre les lectures. Patrick Ness a mis tellement de crédibilité dans les sentiments et le personnage de Conor que, parfois, ma lecture était difficile. Il est facile de se remémorer comment on s’est senti lorsqu’on a perdu un être cher, c’était donc assez troublant de lire une telle vérité.

A Monster Calls est un roman jeunesse remplit d’originalité et de leçons pleines de valeurs. C’est également un livre qui vous dit que vous avez le droit d’avoir des sentiments différents et de vivre votre deuil de manière différente.

Une histoire pas comme les autres qui vous marquera pour longtemps.

 

Le livre est disponible sur Amazon:

A Monster Calls

Quelques minutes après minuit

 

Jennifer

Hello! Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

6 pensées sur “A Monster Calls de Patrick Ness

  • Je ne connaissais pas du tout! J’ai regardé l’histoire, et effectivement, il y a pas mal de ressemblances!

    Répondre
  • Vu ce que tu en dis, ça me fait penser à « Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi » de Malzieu. C’était un peu le même principe : il perd quelqu’un de cher et un personnage en accordéon vient l’aider à faire son deuil. Réalisme des sentiments, des actions…

    Répondre
  • En même temps vu les problèmes traités…ça peut ne pas convenir à tout le monde, donc ça peut se comprendre 🙂
    Mais il y a de jolis messages derrière qui valent la peine d’être entendus 😉

    Répondre
  • J’avais commencé à le lire mais je n’ai pas continué ma lecture. Ton avis m’a donné envie de la reprendre 😉

    Répondre
  • J’ai pas encore regardé le film parce que je ne voulais pas me spoiler, mais j’ai vu des extraits et je trouve que les effets appliqués sur le monstre enlève un peu de charme et ce côté « conte pour enfant », mais bon je le regarderai prochainement 😛

    Oui c’est ça, Patrick Ness parle de sujets douloureux mais apporte un certain réconfort avec le monstre et ses histoires, c’est pour ça que je n’ai pas pleuré 🙂

    Aaaah! Bonne chance et con courage pour tes examens! 😀

    Ca serait bien que t’affiche ta PAL 😀

    Répondre
  • le film a l’air plutôt intéressant, du coup je suppose que le livre aussi 😀 en plus ta critique a titillé ma curiosité, et l’aspect fantastique pour parler de choses difficiles m’intéresse plutôt 🙂 du coup je verrai pour le lire le jour où je sortirai la tête de mes révisions et de ma PAL :p

    Répondre

Laisser un commentaire