And I Darken de Kiersten White

And I Darken est le premier tome de la trilogie The Conquerors.

Ladislav (Lada) et Radu Dragwyla sont les enfants de Vlad Dracul, prince de Wallachia, un territoire vassal de l’empire Ottoman dirigé par le sultan Murad. Vlad Dracul a toujours voulu plus de pouvoir, sa famille ne représentant rien et n’ayant aucun réel pouvoir, il est donc très strict avec ses enfants qu’il veut « utiles » pour libérer Wallachia. Mais Vlad Dracul a les mains liées, Hunyadi, le dirigeant de l’empire Hongrois, vient siéger à Wallachia, Vlad doit donc chercher de l’aide auprès du sultan qu’il sert: Wallachia recevra toute l’aide qu’il faudra, mais Vlad doit abandonner ses enfants à l’empire Ottoman, ceux-ci servant de moyens de pression pour que Vlad rembourse ses dettes. Vlad accepte le marché, et Lada et Radu se trouvent à présent en terrain ennemi. La fratrie doit survivre par elle-même, et forme une amitié inattendue avec le fils du sultan, Mehmed. Alors que cette amitié devient de plus en plus forte au fil des années, Lada et Rada doivent prendre des décisions difficiles et travailler dur pour se faire valoir.


Le contexte historique: l’empire Ottoman est le plus grand empire jamais connu, dont la religion est musulmane. Il gouverne plusieurs territoires vassaux comme Wallachia, la Hongrie, l’Albanie…et souhaite en obtenir plus notamment Constantinople. Si le pouvoir du sultan Murad n’est pas contesté, il y a cependant des tensions politiques: Wallachia veut redevenir indépendant, la Hongrie est en quête de plus de pouvoir, Constantinople opère dans le secret, et les Janissaries, des esclaves-soldats rémunérés ramenés de l’étranger, sont toujours fidèles à leur territoire d’origine.

Les personnages:

  • Lada est la deuxième de la fratrie. J’ai eu du mal avec son personnage au départ, j’ai adoré son côté badass mais, avec l’éducation de son père, elle méprise complètement son frère. Elle l’estime trop délicat, trop faible, c’est un poids mort pour la famille. Mais j’ai pas pu m’empêcher d’aimer son courage, sa volonté, ses répliques et sa badass attitude. Bien sûr, Lada évolue lorsqu’elle est loin de son père, mais il est difficile de resserrer l’écart qui s’est creusé pendant toutes ses années avec son frère. Même en terrain ennemi, Lada et Radu sont comme deux étrangers partageant le même sang. Lada veut relever l’image de sa famille. Lada a des problèmes avec son corps de femme, elle n’a jamais eu de réelle figure féminine, et le fait qu’elle souhaite combattre est un problème pour elle car elle doit se réadapter. En plus de cela, Lada n’est pas belle, mais elle se fiche guère de plaire ou non.​
  • Radu est le dernier de la famille. Il est délicat et jugé faible, et c’est le bouc-émissaire de tout Wallachia et surtout de son grand-frère Mircea qui prend plaisir à le torturer. J’ai apprécié Radu, puis j’avais envie de le secouer, puis plus il grandissait plus je trouvais de l’intérêt pour son personnage, même si certaines choses m’ont gêné. ​
  • Mehmed est le prince bâtard de l’empire Ottoman. Il change l’existence de Lada et de Radu, mais ils changent également la sienne. Murad méprise son fils, et la vie de Mehmed est compliqué: il n’a aucun réel pouvoir et son ascendance sur le trône est menacée par ceux qui estiment que celui-ci est un vulgaire fanatique n’ayant aucune notion quant à la gouvernance d’un empire.

Le livre présente les personnages depuis leur plus jeune âge jusqu’à leur adolescence, et c’est vraiment intéressant. L’auteure a choisi de nous montrer l’évolution des protagonistes, le pourquoi et le comment des relations créées, leur passé, leurs blessures, leurs souhaits…. On a un gros travail fait sur les personnages, on apprend à les connaître progressivement, on les apprécie, on les déteste…c’est pas noir ou blanc, c’est gris. Ils sont imprévisibles, je croyais connaître un personnage mais je me suis souvent retrouvée étonnée par leurs agissements/réactions.

Par rapport à l’intrigue, elle est d’ordre politique: on cherche à prendre part au pouvoir ou à renverser. J’ai aimé les rebondissements de la fin, je ne m’attendais pas à ce que ces personnages-là soient impliqués, je n’y ai vu que du feu (sauf pour un personnage particulier vu que des indices avaient été semés). J’aime bien les Janissaries aussi, enfin, ceux proches de Lada.

L’histoire prend son temps pour se mettre en place, on n’a pas beaucoup d’actions, mais le récit est original et les personnages de qualité. C’est le premier livre que je lis de cette auteure, et j’ai bien aimé son style, j’ai rigolé par moments à cause des répliques de Lada!

Je n’ai attribué que 4.5/5 parce que l’aspect religieux ne m’intéresse pas vraiment, même s’il reste tout de même culturel et qu’il ne prend pas part à l’intrigue. J’ai adoré la relation Lada-Radu-Mehmed, et j’ai hâte de savoir ce qu’il va se passer par la suite.

 

Cliquer pour révéler les spoilers

 

Je recommande ce livre si vous aimez les personnages complexes et bien développés! Ca sent quand même, la bonne intrigue tout ça..!

 

Le livre est disponible sur Amazon:

And I Darken

 

Jennifer

Hello!
Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu’elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c’est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

2 pensées sur “And I Darken de Kiersten White

  • C’est un bon début, et les personnages sont vraiment bien développés 🙂

    Répondre
  • effectivement l’intrigue est palpitante, je suis très tenté

    Répondre

Laisser un commentaire