Iron Gold de Pierce Brown

Iron Gold est le quatrième tome de la série Red Rising.

Cliquez sur ce lien pour lire la revue du troisième tome « Morning Star »

Cette revue contient des spoilers sur les tomes précédents.

Il y a dix ans, la Société s’est effondrée au nom du rêve de la République. Mais alors que Darrow pensait avoir brisé le cycle infernal de la tyrannie pour laisser place à une société libre et unifiée, sa révolution n’a fait qu’engendrer une décennie de guerres sans fin. Pourtant, par le plus grand des miracles, l’ennemi se dit enfin prêt à négocier la paix avec la République. Fatigué, le Sénat envisage d’accepter la proposition, mais pas Darrow. Il pense qu’il s’agit d’une ruse de l’Ash Lord et décide donc de partir pour une dernière mission. Pendant ce temps, au bas de la République, le destin de Lyria, Ephraim et Lysander vient s’entremêler à celui du Reaper et de ses amis.

Ce n’est pas un secret, la série Red Rising m’en a fait baver. C’est rare pour moi de trembler de peur pour des protagonistes et d’avoir des noeuds à l’estomac quant au dénouement de l’histoire, mais Pierce Brown l’a fait. Chaque tome surpasse le précédent en termes d’intrigue et de charge émotionnelle, c’est juste dingue! Du coup, lorsque l’auteur a annoncé un quatrième opus, j’étais à la fois heureuse et inquiète. Après tout, il ne reste plus grand monde de la bande de Darrow et des Howlers… Souvenirs, souvenirs

Dix ans après la chute de la Société, alors que la République aurait dû être le symbole de la paix et de l’unification, le monde est fracturé par des années de guerre et de discordes politiques. La moitié du Sénat soutient encore la Souveraine Mustang alors que l’autre moitié, notamment celle du Vox Populi, ne croit plus en elle. C’est simple, le Vox Populi veut la paix et est prêt à accepter la trêve proposée par Magnus au Grimmus. Seulement, pour Darrow, l’Ash Lord prépare un mauvais coup, il décide donc d’aller à l’encontre de la décision du Sénat et de partir en finir avec l’ennemi. Toutefois, l’image de Darrow n’est plus ce qu’elle était. Le Reaper, autrefois considéré comme le sauveur, est dorénavant synonyme de destruction.

Cela étant, la guerre n’est pas la seule conséquence désastreuse de la rébellion de Darrow. Non seulement un syndicat clandestin s’est créé et joue dans l’ombre pour faire sombrer la République, mais en plus, les Reds s’éliminent entre eux! Mars n’a pas profité de la démocratie. Les mines ayant été confiées aux robots, les Reds n’ont plus de quoi faire vivre décemment leur famille. Ils s’allient ainsi avec des groupes extrémistes pour chasser les Reds du clan des Gamma (ceux qui étaient les mieux lotis parmi les esclaves). Une rancoeur s’est renforcée entre les différentes couleurs, et pendant que la République s’occupe de la guerre, son peuple se noie dans la misère et la division populaire.

Men call him father, liberator, warlord, Slave King, Reaper. But he feels a boy as he falls toward the war-torn planet, his armor red, his army vast, his heart heavy. It is the tenth year of war and the thirty-third of his life.

Pierce Brown, petit vicieux! Moi qui pensais à la fin du troisième tome que tout irait dans le meilleur des mondes et que mes personnages préférés seraient protégés à jamais, voilà que tu remets leur vie en danger! Pas cool. Iron Gold est bien différent de ses prédécesseurs puisque nous apprenons que l’idéal de la République ne s’est pas réalisé et que quelque chose de pire s’est instauré. Si le règne des Golds était tyrannique, il protégeait néanmoins les autres couleurs de l’inconnu et de l’anarchie. Quelle ironie!

Je ne sais pas comment fait Pierce pour créer des protagonistes aussi différents, profonds et nuancés, mais il parvient toujours à m’épater! On retrouve ainsi un Darrow fatigué par la guerre qui s’éloigne sans cesse de l’idée de l’homme qu’il voulait être. Il doit abandonner sa famille et remettre la vie de ses amis en danger pour assurer la survie de la démocratie, et on sait tous qu’il n’en reste déjà plus beaucoup… Snif… J’ai eu de la peine pour Darrow qui ne connait aucun répit et qui doit encore et toujours donner plus de lui-même.

On revoit également Lysander et Cassius qui aident les plus faibles. Leur relation est particulière car, bien qu’ils s’aiment comme des frères, elle n’est jamais assez. Lysander m’a exaspérée, j’avais envie de lui secouer les puces! Il est intelligent mais se pose trop en victime. Le méchant Darrow a tué ma dictatrice de grand-mère, ouin ouin! Mais que devraient dire les autres? Et arrête avec ta Seraphina aussi, merci.

On fait ensuite la rencontre de Lyria, une Gamma qui a tout perdu à cause de la République. Elle fait partie des délaissés de la démocratie à qui il arrive des choses affreuses. Son personnage m’a beaucoup touchée, c’est fou tout ce qui lui tombe dessus! Mais ce qui m’a plu dans tout ça, c’est que Lyria reste une bonne personne, elle ne se laisse pas corrompre par les monstruosités qui l’entourent. Je l’adore!

Et enfin, il y a Ephraim, un ancien membre des Sons of Ares. Ecoeuré par la République, il a choisi de devenir un voleur hautement qualifié, ce qui lui permet d’oublier un peu la mort de son fiancé. Je dois dire que c’est le personnage avec lequel j’ai eu le plus de mal à accrocher… C’est néanmoins le plus badass de ce tome, hehe.

A new wound can take a body. Opening an old one can claim a soul.

L’univers du premier cycle était déjà énorme, mais avec Iron Gold, Pierce Brown atteint un niveau au-dessus. On découvre l’histoire et les coutumes qui lient le peuple d’Io, et on est à la fois admiratif par l’honneur qu’il inspire et amer par rapport aux manigances qui s’en dégagent. Je sais pas où il va chercher tout ça, ni comment il parvient à donner une cohérence aux pièces de ce grand puzzle. Ce tome pose les bases d’une nouvelle ère où les alliances politiques sont peu rassurantes! Traduction: ça sent pas bon pour nos héros.

D’ailleurs, le traitement de la trame politique est excellent. A travers Lyria, on se pose des questions sur la légitimité de la démocratie et de la tyrannie. Avant la révolte de Darrow et des Sons, la Société avait un équilibre et une forme de sécurité, mais tout ça a disparu avec la République. Aujourd’hui, chaque individu veut faire valoir ses intérêts, et ces intérêts étant différents, ils divisent et poussent à la satisfaction personnelle. Les points mis en avant étaient vraiment intéressants.

Iron Gold a également son lot d’action, de violence et d’amitiés déchirées. Cesserons-nous un jour de souffrir? Certainement pas. Toutefois, j’ai été moins emballée par ce tome que par les précédents. Déjà, j’ai été malade durant toute la deuxième moitié du livre, ce qui fait que j’étais beaucoup moins concentrée. Ensuite, il y avait les nouvelles trames et les nouveaux personnages à présenter, ce qui a ralenti un peu le rythme de l’histoire. Mais entre nous, c’est le fait d’avoir été malade qui a le plus nui à cette lecture!

Le tome suivant, Dark Age, annonce un récit sombre et palpitant! 

 

Le livre est disponible sur Amazon:

Iron Gold

 

Jennifer

Hello! Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

2 pensées sur “Iron Gold de Pierce Brown

  • Je n’ai malheureusement pas pu lire ta chronique car « red rising » me tente bien. Je l’a lirais donc quand j’aurai commencé la saga 🙂

    Répondre
    • Pas de soucis Laurinette, j’espère juste que ça ne sera pas trop sombre pour toi 😛

Laisser un commentaire