Jurassic Park de Michael Crichton

Jurassic Park est le premier tome d’une duologie.

Jurassic Park, pour ceux qui ne connaissent que vaguement l’histoire voire pas du tout, c’est le récit d’un milliardaire, John Hammond, qui décide un beau jour de construire un parc à dinosaures sur Isla Nublar, une île déserte du Costa Rica. C’est grâce à des fouilles et aux recherches des scientifiques, dont le docteur Henry Wu, que de l’ADN de dinosaures a pu être prélevé sur un moustique fossilisé dans de la résine et utilisé, qu’il a été possible de leur donner une nouvelle vie. Cependant, les séquences ADN sont lacunaires ce qui fait que les chercheurs doivent utiliser l’ADN d’un amphibien, notamment celle de grenouille, afin de combler ces lacunes. Pendant toutes les années durant lesquelles les chercheurs ont créé des dinosaures, John Hammond s’est adressé au docteur Alan Grant, un paléontologue réputé, concernant les régimes alimentaires des dinosaures, leur façon de vivre etc… en échange d’une rémunération gracieuse qui permet à Ellie Stattler (une paléobotaniste) et à Alan de financer leurs fouilles. Ce qui fait qu’Alan et Ellie sont mêlés malgré eux aux folies de John Hammond qui fait l’objet d’une enquête officieuse. Le point de vue du mathématicien, Ian Malcolm, est également requis concernant la sécurité du parc, mais celui-ci n’interagira jamais avec les deux autres protagonistes avant d’arriver sur le site du parc. L’avocat Gennaro, qui se charge d’attirer les investisseurs, est aussi requis afin de rassurer les investisseurs sur la sécurité et le rendement du parc. Ils arrivent sur Isla Nublar et à un moment donné la vanité de l’un des ingénieurs, Dennis Nedry, a provoqué une panne d’électricité et ainsi la sortie de cage de nos chers dinosaures. C’est alors le début de l’aventure.


Etant une fan du film de Steven Spielberg, j’ai tenu à lire l’oeuvre originale, et malgré les différences avec le film qui a bercé mon enfance, j’ai adoré le livre. Si le film suit les grandes lignes du livre, j’ai vraiment aimé la tournure de l’intrigue développée dans le livre. En effet, dans le livre la chance n’est pas vraiment de rigueur, il faut être ingénieux pour s’en tirer, et les tentatives ne marchent pas à tous les coups.

Les dinosaures sont plus terrifiants et intelligents. Le T-Rex n’est pas facile à duper, même si sa vision est basée sur le mouvement et qu’il n’a donc pas une grande acuité visuelle, il sent, et puisqu’il sent qu’il y a quelqu’un, il va tout faire pour atteindre sa cible. Le tyrannosaure peut marcher dans l’eau et il va si vite que même avec une jeep, personne ne peut lui échapper.

D’ailleurs, ils sont de l’ordre de deux dans le livre, un adulte et un jeune. Les raptors sont plus intelligents que jamais, et pourtant ils le sont déjà dans le film. En plus de savoir ouvrir les portes, ils établissent des pièges intelligents, et les diversions ne marchent quasiment jamais car leur intelligence leur permet de voir qu’il s’agit de pièges. Ils parviennent, par ailleurs, à reproduire les pièges établis par nos protagonistes. Aussi, s’ils chassent en meute, si l’un est blessé, les autres le mangent. Ils représentent le plus grand danger sur l’île.

J’ai ressenti beaucoup de tension et le roman est d’une belle qualité parce que les explications données servant à appuyer cette fiction sont d’une pertinence incroyable. Je parle notamment de la création des dinosaures, la reproduction de ceux-ci, les migrations, leur intelligence, leur comportement… De plus, l’intrigue est d’une rare cohérence pour une oeuvre des années 90 et de science-fiction.

Et les questions traitées sont encore d’actualité: l’environnement, l’avenir de la race humaine, la vanité, le contrôle de la nature, les quêtes de pouvoir de la part des scientifiques (pharmaceutiques, avancées médicales) qui peuvent au final, même si elles semblent être synonymes de progrès, être en réalité pour la majorité la cause de certains maux de la société.

Si l’intrigue principale consiste à la survie en terrain hostile, j’ai apprécié que celle-ci soit accompagnée d’autres petites intrigues: les raptors dans le bateau (une scène reprise dans le film Le Monde Perdu) qu’il faut tenter de ramener sur l’île, la recherche du nid de raptors, l’espionnage scientifique… On a plein de petites pépites gravitant autour de l’intrigue majeure du livre.

La fin du bouquin nous laisse dans un suspense intéressant: quel avenir pour nos protagonistes après avoir été ramenés en métropole costaricienne ? Des dinosaures ont-ils réussi à survivre? Où est prêt à aller le gouvernement pour garder cet incroyable secret?

Je vais énumérer quelques différences que j’ai pu noter entre le livre et le film.

 

Cliquer pour révéler les spoilers

 

Je recommande définitivement ce livre pour ceux qui recherchent une lecture palpitante ou tout simplement aux fans du film ou de science-fiction.

 

Le livre est disponible sur Amazon:

Jurassic Park

Jurassic Park (VF)

 

Jennifer

Hello! Je suis une blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

2 pensées sur “Jurassic Park de Michael Crichton

  • Ca m’a fait un peu bizarre de voir toutes les différences qu’il y a par rapport au film, mais je trouve que les deux versions se complètent bien! Les personnages du film sont plus charismatiques et cultes que ceux du livre, mais je dois dire que le roman est quand même beaucoup plus réaliste et stressant! Les dinosaures sont encore plus intelligents et difficiles à esquiver 😉
    Après, c’est sûr que quand on a grandi avec le film (ce qui est mon cas), c’est carrément la base 😀

    Répondre
  • Bon roman, assez captivant (surtout le « plantage de décor »), même si le film est quand même supérieur.

    Répondre

Laisser un commentaire