Keeper of the Lost Cities de Shannon Messenger

Keeper of the Lost Cities est le premier tome d’une série.

Sophie a douze ans, elle sait qu’elle n’a jamais été comme les autres ce qui lui vaut d’être mise à l’écart par ses camarades. La raison de cette marginalisation? Sophie est intelligente, gaffeuse, et surtout elle réussit tout ce qu’elle entreprend à l’école grâce à sa mémoire photographique et à sa capacité à entendre les pensées des personnes qui l’entourent. Un jour, alors qu’elle est de sortie au musée avec sa classe, Sophie fait la rencontre de Fitz, un elfe, qui lui révèle que cela fait longtemps qu’ils la cherchaient et que Sophie n’est pas humaine, c’est une elfe. Dès lors, Sophie doit quitter sa vie d’humaine soit sa famille, sa civilisation et son savoir – Sophie doit tout réapprendre et se « trouver » une nouvelle famille elfe qui veillera sur elle dans le monde auquel elle appartient. Mais bien entendu, Sophie va rencontrer des difficultés et va apprendre qu’elle est la cible de kidnappeurs qui pour une certaine raison veulent en finir avec elle.

Ce que j’ai aimé dans ce livre c’est que Sophie n’est pas l’enfant orpheline qui se trouve dotée de pouvoirs extraordinaires. Sophie était heureuse dans sa famille même si sa soeur était plutôt taquine et que ses parents la trouvaient bizarre. Sophie est une elfe et sa famille est humaine, elle doit donc la quitter définitivement. Contrairement à certains romans, ici, le monde des elfes n’est pas un monde qui a toujours été caché des yeux des humains. Il y a longtemps, les elfes et les Hommes connaissaient chacun l’existence de l’autre, ils vivaient en paix grâce à un traité qui empêchait les différentes civilisations de se nuire. Mais un jour, les humains ont voulu tous les pouvoirs et ont commencé à détruire la nature et à causer des guerres. Pour protéger leur monde, les elfes ont délaissé les humains et ont décidé de cacher leur présence jusqu’à ce que leur existence ne devienne plus qu’un mythe.

L’auteure dénonce les destructions causées par les humains et ce que leur avidité a pour pour conséquences: des extinctions animales, des guerres, des meurtres, des kidnappings… toute cette souffrance n’est pas supposée exister dans le monde elfique qui prône la protection de la nature, la paix et la joie. Sophie se rend bien compte que son monde était pourvu d’atrocités.

Si Sophie est une elfe, elle a du mal à se faire accepter au départ parce qu’elle est différente, non pas à cause de ses dons que tout elfe peut acquérir, mais parce qu’elle a les yeux marrons et qu’elle a vécu avec des humains durant douze années. Tous les elfes ont les yeux bleus et n’ont jamais côtoyé un être humain de leur vie. A dire vrai, le monde des humains fait partie des cités interdites car les elfes ne doivent pas montrer leur existence au risque d’attiser une curiosité humaine malsaine. Sophie a aussi des difficultés à l’école car elle découvre que tout ce qu’elle a appris avec les humains est faux, il est donc compliqué pour elle d’avoir affaire à deux « réalités » sans se mélanger les pinceaux.

Cependant, elle arrive progressivement à se faire des amis à l’école (une grande nouveauté pour elle) notamment grâce à Fitz. Fitz est très réputé dans son école pour sa beauté mais aussi pour son nom de famille Vacker (un nom qui fait parti de la noblesse elfique), c’est un garçon doué qui a commencé à manifester certaines aptitudes de manière très précoce. Il est lui aussi télépathe, un don très rare qui lui vaut que son père lui confie des missions classées secrètes (notamment celle de rencontrer Sophie afin de voir si elle est bien l’elfe qu’ils recherchent tous). Ensuite, il y a Biana, la soeur de Fitz, elle rejette Sophie car elle pense que celle-ci se sert d’elle pour parvenir jusqu’à son frère. Sa pensée est plutôt légitime puisque toutes les filles craquent sur Fitz.

Mais son premier réel ami est Dex Dizznee qui n’est pas issu d’une famille de noble car son père est sans talent. Contrairement à ce qu’on peut lire d’habitude, ici il n’y a pas de distinction de richesses, tous les elfes qu’ils soit détenteurs d’un don ou non, ont tout l’argent du « monde », ils reçoivent beaucoup d’argent à leur naissance. En revanche, ce qui distinguent les nobles des elfs normaux, ce sont les dons spéciaux: télépathie, empathie, le pouvoir de disparaître et réapparaître (les vanishers), technopathie etc… Chaque elfe rêve de détenir un don, il peut même arriver qu’un elfe en détienne plusieurs.

Alden, le père de Fitz et Biana, prend Sophie sous son aile, il va devenir comme un second père pour elle et c’est lui qui lui trouve une nouvelle famille (bien qu’il ait lui aussi posé sa candidature en tant que famille d’accueil). C’est au Conseil que se posent ces candidatures. Ce Conseil est un peu un gouvernement réunissant des elfs très anciens détenteurs de pouvoirs spéciaux qui prend toutes les décisions importantes concernant les lois, les missions, les sanctions…. Sophie va donc atterrir chez Grady et Edaline Ruewen, autrefois nobles mais qui se sont repliés sur eux-mêmes depuis la mort de leur fille Jolie dans un incendie.

Ce livre est très bien construit, l’intrigue est intéressante pour un livre pour enfant/ado avec des questions quant à la manipulation génétique, la destruction de la nature, les guerres, la confiance, l’amitié, l’appartenance sociale… Ce livre est pour moi une petite pépite en plus de contenir de l’aventure, de l’humour et de l’amour aussi (notamment celui qu’un parent porte à son enfant et réciproquement). C’est un livre très beau si l’on en voit les valeurs véhiculées.

S’il y a un reproche que j’airais pu faire, c’est le fait que Sophie semble détenir plusieurs pouvoirs, ce qui fait d’elle un peu une super-héroïne. Mais cela est compensé par les mauvaises choses qui arrivent à Sophie ou en tout cas les difficultés qu’elle rencontre et surtout on comprend que toutes ces capacités viennent d’une manipulation génétique ce qui équilibre l’essence de notre héroïne principale. Keefe n’a pas encore de place importante dans ce livre, mais il est très drôle, j’aime beaucoup ce personnage.

Je recommande ce livre autant aux enfants qu’aux adultes.

 

Le livre est disponible sur Amazon:

Keeper of the Lost Cities

Gardiens des cités perdues

 

Jennifer

Hello!
Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu’elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c’est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

2 pensées sur “Keeper of the Lost Cities de Shannon Messenger

  • Je suis tombée sur ta chronique du dernier tome mais je ne voulais pas me spoiler donc je suis remontée jusqu’à celle du premier tome ! Je n’ai jamais lu de Middle Grade, excepté les premiers Harry Potter (Et les 3 premiers tomes de l’Epouvanteur, si c’est considéré Middle Grade) mais j’avoue que depuis un moment cette saga là me fait de l’oeil. J’ai juste peur de ne pas réussir à m’investir à cause du fait, justement, que ce soit un livre « pour enfant ».. :/ (Et puis je ne sais pas si la saga contiendra une vraie romance ou non, et comme je l’ai déjà dis, j’ai toujours du mal quand il n’y a pas ne serais-ce qu’une cuillère à café de romance x))

    Répondre
    • AHH, t’en fais pas, je comprends tout à fait. On est tous pareils, haha!
      Par contre, désolée de t’avoir fait faire plusieurs bonds en arrière! Avant, je mettais tous les liens vers les tomes précédents, mais ça surchargeait les articles, j’ai donc décidé de ne mettre que le dernier à chaque fois… Bloop, surtout que mes anciennes revues sont assez nazes, celle-ci n’a pas vraiment dû t’aider lol!

      J’avais les mêmes a priori, j’avais peur que ça soit trop enfantin! Mais franchement, cette série est vraiment super. C’est plein d’humour, d’action et de mystère! Sophie, le personnage principal, est mature et attachante comme tout (comme le reste des personnages d’ailleurs).
      Alors, niveau romance, faut pas s’attendre à des comportements hormonaux dignes des YA, mais il y a un réseau d’intérêts amoureux drôle et maladroit, c’est un plaisir à suivre! Je sais pas comment te dire, mis à part que c’est mignon comme tout 🙂

      Si la série te tente, essaye au moins avec le premier tome. Je pense que ça pourrait te plaire (on semble avoir les mêmes goûts) 😀

Laisser un commentaire