Morning Star de Pierce Brown

Morning Star est le troisième et dernier tome de la série Red Rising.

Cliquez sur ce lien pour lire la revue du deuxième tome « Golden Son »

Cette revue contient des spoilers sur les tomes précédents.

Neuf mois se sont écoulés depuis que Darrow a été démasqué. Nero au Augustus est mort. Roque a trahi Darrow. Les principaux alliés ont été tués. La Souveraine et le Jackal collaborent. Torturé et humilié, Darrow est pourtant sauvé in extremis par les Sons – mais il n’est plus le même. L’alliance qu’il avait réussi à former est fracturée par la perte incommensurable de ses alliés et la découverte de sa vraie couleur. Mais Darrow n’a pas le choix, il doit redevenir le Reaper, trouver de nouvelles alliances et planifier de nouvelles stratégies avant que le rêve d’une société unifiée ne se perde à jamais.


Comme pour la fois dernière, j’ai enchaîné illico presto avec la suite de la série, faut dire que le final de Golden Son était impressionnant et m’avait tout de suite donné envie de connaître la suite. Et encore une fois, je ne suis pas déçue par Pierce Brown. Sachez tout de même que Morning Star est assez différent de ses prédécesseurs, ce qui fait qu’il n’est pas trop apprécié par les fans de la série… Mais, personnellement, j’ai été impressionnée tout au long de ma lecture par la qualité du récit, des personnages, de l’intrigue et de l’écriture elle-même. Parce qu’il faut le dire, la trilogie est incroyablement bien écrite.

Ce tome est moins axé sur les combats et l’action, il s’agit plus du tome de la conquête, de la guérison et du deuil (autant pour les amis perdus que pour le rêve d’Eo). Après avoir été autant trahi, humilié et torturé, Darrow doit retrouver ses repères et réapprendre à faire confiance. Les personnages sont en constante évolution et c’est un critère que j’ai grandement aimé dans cette trilogie. Darrow sort donc changé et apprend de ses erreurs (ce qu’il fait à chaque tome), c’est un protagoniste qui mûrit. Quelle bouffée d’air frais!

La série se déroule sur pratiquement six années d’infiltration et de guerre, ça a été un autre bon point pour la série. Vous n’avez pas des personnages qui parviennent à changer le monde en trois mois – ici, les choses sont beaucoup plus complexes. Il y a des facteurs à prendre en compte, des vies, des sacrifices… Le rêve d’il y a six ans paraît irréalisable, mais en fin de compte d’autres chemins peuvent être empruntés.

Justice isn’t about fixing the past, it’s about fixing the future. We’re not fighting for the dead. We’re fighting for the living. And for those who aren’t yet born.

L’univers est riche et les manipulations politiques extrêmement bien faites, d’une telle qualité que vous devenez parano à chaque lecture! On se méfie de tout et de tout le monde, et on parvient à des rebondissements auxquels on ne s’attend pas. Pierce Brown vous fait croire que vous avez deviné le cours de l’histoire, et bien sûr vous tombez dans le panneau. You must be kidding me Pierce!

Et justement parce que je n’étais pas sûr de moi et de la direction que l’auteur allait emprunter, j’ai ressenti beaucoup d’émotions dans ce dernier tome: joie, tristesse, déception, étonnement, colère, sentiment de justice, amertume et surtout…finitude. Pierce Brown répond à toutes nos interrogations, chaque scène et parole prennent enfin leur sens. Je pense pas qu’il aurait pu y avoir une meilleure fin que celle-ci. Vraiment.

Je me suis attachée aux personnages et à leur amitié parfois assez étrange. Malgré les trahisons et les moments de doute, les protagonistes sont tellement soudés et respectueux les uns envers les autres que j’ai pas pu m’empêcher de ressentir quelque chose pour ce petit groupe. Bref, j’ai vécu avec eux les bons moments comme les mauvais – j’ai donc ressenti tout ce qu’ils ont ressenti. Et c’est assez extraordinaire pour des protagonistes principaux et secondaires. Je sais pas si j’aurais autant ressenti si les deux catégories de personnages n’avaient pas été aussi bien travaillées.

The Reaper has come. And he’s brought hell with him.

Pierce Brown en profite pour donner une force aux personnages féminins entre Victra, Mustang, Aja, Antonia et même la Souveraine. Tout comme au niveau des origines, puisque Aja, de couleur noire, est la meilleure guerrière de la Société. Je ne m’attarde pas sur ce genre de critère habituellement, ne lisant les livres que par attrait pour l’histoire, mais j’ai pas pu m’empêcher de noter cette caractéristique. J’en suis que doublement contente!

Ce troisième tome nous offre un final qui donne un sens à toute la trilogie par sa cohérence mais aussi par son réalisme, et ce, malgré un contexte dystopique et de science-fiction qui ont tendance à nous donner un résultat quelque peu tiré par les cheveux.

L’une des meilleures dystopies qui m’aient été données de lire, et dorénavant l’une de mes séries favorites.

 

Cliquer pour révéler les spoilers

 

La prochaine trilogie Iron Gold (titre du premier tome également) va se concentrer sur de nouveaux personnages qui subissent les actions de Darrow et ses amis. Mais la petite surprise, c’est que certains personnages de Red Rising devraient apparaître dans l’histoire… :D. J’ai hâte de voir ce que ça donne – j’ai une confiance aveugle en l’auteur!!

Au risque de me répéter, je recommande chaudement cette trilogie intelligente!

 

Le livre est disponible sur Amazon:

Morning Star

Morning Star (VF)

 

Jennifer

Hello! Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

Laisser un commentaire