My Lady Jane de Jodi Meadows, Cynthia Hand et Brodi Ashton

My Lady Jane est le premier tome de la trilogie The Lady Janies.

Edward Tudor a seize ans, c’est le roi d’Angleterre et il est mourant. Jane Grey, elle, est sa cousine et ne vit que pour les livres, mais elle est promise à Gifford Dudley, fils du duc et main du roi. Gifford est un E∂ian, une personne capable de se transformer en une seule forme animale qui le représente (comme un patronus mais réel), frappé par une malédiction: il passe ses journées en tant que cheval et la nuit en temps qu’être humain. Alors que Jane est à Londres, elle apprend qu’on cherche à prendre sa place sur le trône – et oui, parce que Jane est reine d’Angleterre!


On suit le récit de Jeanne Grey qui a été reine d’Angleterre pendant neuf jours avant de se faire couper la tête à la hache (Guilford a subi le même sort). L’histoire originale fait qu’Edward VI (mort d’une maladie), Jeanne Grey et Guilford Dudley sont tous mort à 16, 16 et 19 ans respectivement. De nombreux détails de l’Histoire ainsi que des noms ont été changés, du coup, au lieu d’une tragédie, on un roman drôle, divertissant et bien écrit. Jeanne devient Jane et Guilford devient Gifford (je m’en tiens qu’aux personnages principaux).

Edward Tudor dirige sous la régence du Privy Council, une table ronde qui réunit les éléments les plus importants de la Cour, pour conseiller et alléger le roi de ses tâches. Edward gouverne assez mal son pays, il délègue et ne fait qu’apposer sa signature. Du coup, on a des tensions sociales: déjà parce que les Verities et les E∂ians sont en conflit (les Verities considèrent les E∂ians comme des abominations de la nature), mais aussi parce que les E∂ians sont en colère par rapport aux exterminations dont ils sont les victimes (rien n’est fait pour empêcher cela de se produire). Aussi, les simples mortels sont très critiques envers la politique royale.

Les Verities sont proches de l’Eglise et sont très stricts avec leur mode de pensée. Ils n’ont aucun scrupule et se sont toujours opposés aux E∂ians qu’il brûlent sur les bûchers. Cependant, malgré les pressions de l’Eglise, la monarchie a aboli il y a quelques années l’extermination des E∂ians (l’ancien roi Henry en était un lui-même: il était réputé pour se changer en lion et manger ses messagers qui lui apportaient de mauvaises nouvelles). Mais le roi n’étant plus, il n’y a plus de réelles craintes à avoir.

Du côté des E∂ians, lorsque ceux-ci reviennent à leur forme humaine, ils sont tout nus (ce qui créé des scènes drôles entre Jane et Gifford, haha). Il peut être difficile de contrôler les transformations! Souvent, les E∂ians peuvent se voir dominés par leur aspect sauvage et en adapter la conduite (mais bon, malgré ce semblant de contrôle, il y a toujours ces instincts animaliers).

Les personnages sont tous les trois drôles et intéressants à la fois, mais ma préférence va vers Gifford qui m’a fait rire et qui, par certains moments, m’a fait penser à Gideon de Villiers de la trilogie Precious Stone (c’est peut-être à cause de la coiffure…). Tous les deux ne veulent pas être ce que les autres voudraient qu’ils soient, et les membres de leur famille ne veulent servir que leurs intérêts.

Par moment, Jane m’a fait penser à Tessa de The Infernal Devices dans son comportement à la fois lady et unladylike. Jane est rousse, et allez savoir pourquoi, les rousses sont regardées comme des anomalies et sont peu « mariables ». Elle lit beaucoup de livres, et Gifford se moque gentiment d’elle en inventant des titres de bouquins farfelus! Edward, lui, est assez sexiste mais ce n’est pas volontaire, il pense vraiment que les femmes sont fragiles comparées aux hommes.

L’intrigue est simple mais cela marche très bien étant donné que le livre se veut décalé. En plus, la magie est intelligemment utilisée! J’ai bien aimé comment les auteures se sont appropriées l’histoire pour donner une explication grotesque aux événements qui sont survenus dans la vie de ces personnages oubliés de tous. Je n’avais jamais entendu parler de Jeanne Grey ou de Guilford Dudley, et ça m’a donné envie de me renseigner sur eux.

Les auteures prévoient deux autres livres mais j’avoue ne pas en voir l’utilité: on n’a pas de questions en suspens, chaque personnage trouve sa fin… Je ne vois pas trop ce que deux autres tomes pourraient apporter de plus.

C’est un livre que je conseillerais à ceux qui n’ont pas envie de lire quelque chose de sérieux. Cependant, même si j’ai passé un très bon moment, ce livre n’est pas mémorable pour ma part…

 

Le livre est disponible sur Amazon:

En anglais


Tous les liens Amazon sont affiliés.

En commandant via les liens affiliés, La Tentation du Livre reçoit une commission de la part d’Amazon.

Jennifer

Hello! Je suis Jennifer, une blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non? ツ

2 pensées sur “My Lady Jane de Jodi Meadows, Cynthia Hand et Brodi Ashton

  • Oui, c’est un très bon livre pour se détendre ! C’est loufoque à souhait :p

    Répondre
  • Je ne connaissais pas du tout mais il à l’air vraiment super ! 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire :