Nocte de Courtney Cole

Nocte est le premier tome d’une trilogie.

Je m’appelle Calla Price, j’ai 18 ans et je suis la moitié d’un tout. Mon autre moitié, mon frère jumeau, mon Finn, est fou. Je l’aime, plus que ma vie, plus que tout au monde. Et même si je suis terrifiée à l’idée qu’il m’entraîne avec lui vers le fond, je suis la seule à pouvoir le sauver. Je fais tout ce que je peux pour ne pas sombrer dans cet océan de folie, mais je m’y noie malgré tout un peu plus chaque jour. Alors, je me raccroche au seul signe qui me ramène à la vie. Dare DuBray. Il me guérira, me brisera, m’aimera et me détestera. Mais peut-être est-ce là une bénédiction, puisque je ne peux sauver Finn et aimer Dare sans que personne ne soit blessé. Pourquoi? A cause d’un secret. Un secret pour lequel j’y ai mis tellement de moi-même pour le découvrir que je ne l’ai pas vu venir. Vous non plus.

Vous l’avez peut-être remarqué, d’habitude, j’écris moi-même les résumés de mes revues! Seulement, en commençant à écrire le mien, je me suis rendue compte qu’il ne me resterait plus rien d’intéressant à dire sur le livre et qu’il y aurait beaucoup trop de répétitions… Du coup, j’ai opté pour une traduction allégée du quatrième de couverture, ça me permet de vous donner le ton du roman tout en restant énigmatique! Pas bête, la fille!

Bon… J’ai l’impression de m’être fait arnaquer. La fille ne serait-elle pas bête finalement? Ugh. Quand j’ai vu la prémisse, j’ai été immédiatement attirée. J’imaginais quelque chose de sombre et d’émotionnellement lourd, quelque chose qui allait me marquer psychologiquement et me bouleverser. Malheureusement, ce roman est une catastrophe industrielle. Le summum de la nullité. Pire qu’une déception, c’est une abomination. Courtney Cole ne m’y reprendra pas deux fois, ça je vous le dis!

Calla et Finn s’apprêtent à entrer à l’université. Etant les enfants d’un entrepreneur de pompes funèbres, ceux-ci ont toujours été des proies faciles aux moqueries de leurs camarades, c’est donc avec joie qu’ils vont entamer une nouvelle vie. Cependant, il y a un problème. Finn est atteint d’un trouble schizo-affectif, il entend des voix qui l’incitent à commettre des actes violents, et Calla est la seule à pouvoir chasser ses démons. Mais ce malheur n’en est qu’un parmi tant d’autres. Quelques mois plus tôt, la mère des jumeaux est décédée dans un accident de voiture qui a également tué le deuxième chauffard.

Les protagonistes sont fragilisés. Calla se sent responsable de la mort de sa mère et les voix de Finn ne cessent d’envahir sa conscience, si bien qu’il lui devient difficile de distinguer sa propre voix de celles de ses persécuteurs. Malgré tout, ces derniers tiennent à donner un semblant de normalité à leur vie. Ainsi, Finn suit des thérapies de groupe dans lequel il fait part de ses traumatismes tandis que Calla l’accompagne et continue de le protéger. C’est à l’hôpital que Calla rencontre Dare, un garçon mystérieux qui va venir habiter sur une partie de sa propriété. En plus de devoir trouver un équilibre entre son deuil et son désir de protection envers son frère, Calla va devoir gérer ses nouveaux sentiments envers Dare. Et c’est là que ça commence à partir en cacahuète… 

 

Calla, la fille qui avait constamment les ovaires en feu

Au début, j’étais très intriguée par le grand secret qui entourait Calla. Les premiers paragraphes écrits par l’auteure étaient sombres et saisissants: une fille responsable du décès de sa mère? Une soeur protectrice de son frère malade? J’adore! Mais voilà, dès qu’elle rencontre Dare, la protagoniste se comporte comme une gamine qui vient de découvrir qu’elle avait des hormones. Quand Dare est là, ses ovaires prennent feu. Elle ne le connaît pas mais elle ressent cette affinité avec lui, cette envie connexion est si profonde qu’elle n’hésite pas à se mettre nue pour qu’il la dessine dans son plus simple appareil. Parce que, oui, contrairement à toute fille normale qui surprend un garçon en train de la dessiner nue, Calla est flattée par le voyeurisme. Bah quoi, il est beau! De toute façon, vous ne pouvez pas comprendre…

 

Dare, le garçon qui avait les abdos mais pas le cerveau

Si je croyais que le grand Dare allait se montrer aussi complexe que l’affirmaient les autres lecteurs, je me suis gravement trompée. Quel pur cliché! Voyons un peu ce que nous savons sur lui: 1) il est beau, 2) il a une moto, 3) il a des muscles, 4) il a un entre-jambe que Calla tripoterait bien, 5) il est mal rasé, 6) il a des secrets… Euh, je crois que c’est tout? JAMAIS Calla ne fait mention de sa personnalité, à croire que la seule chose qui l’intéresse chez lui, c’est son physique. Dare n’est qu’une coquille vide qui n’aucun intérêt. L’auteure nous fait croire qu’il est plein de secrets et tout, mais au final c’est juste du vent. NEXT.

 

Finn, le fou plus sain d’esprit que les sains d’esprit eux-mêmes

J’ai le sentiment que Finn tient plus à Calla que cette dernière ne tient à lui (elle l’abandonne à chaque fois pour son Dare-Dare-Dare). Je l’ai trouvé intelligent et adorable malgré son problème psychiatrique. D’ailleurs, Courtney Cole arrive bien à nous plonger dans ses pensées les plus folles, on voit le combat qu’il mène chaque jour pour chasser les monstres qui le hantent! Et c’est dingue, d’ailleurs, comment malgré son handicap Finn se montre plus responsable et humain que sa soeur.

 

Une intrigue sans intrigue qui tourne en rond

Je crois que le titre est assez explicite en lui-même. Calla et Dare se contentent d’aller visiter des lieux qui sont censés faire peur, ils flirtent mais pas trop car ils ne devraient pas – mais ils finissent quand même par le faire parce que c’est trop dur. Normalement, à ce stade-là, vous avez envie de pleurer devant cet amour impossible. Quoi, non? How shocking. Puis alors, au moment où on s’y attend le moins: OMG, le plot twist! Oui, j’ai été surprise, mais pas pour les raisons que vous croyez! C’est comme si durant 350 pages je vous parlais de mon verger dans le jardin et que je vous annonçais à la fin que j’étais borgne pendant tout ce temps – vous ne l’aurez pas vu venir! Bah là c’est pareil, il y avait quelques indices mais l’histoire en général ne servait en rien l’intrigue. RIEN DU TOUT.

 

Une narration introspective diarrhéique

Habituellement, je m’adapte à n’importe quel style d’écriture, je ne suis vraiment pas difficile à ce niveau-là. En revanche, j’ai souffert durant cette lecture. On a que des phrases courtes ponctuées de répétitions! L’auteure nous dit que c’est pour nous donner un regard plus net sur la psychologie des personnages, mais tout ce que j’ai retenu c’est que les protagonistes sont simples d’esprit. Je comprends tout à fait ce choix de narration pour Finn, mais pas pour Calla. S’il n’y avait pas eu les divagations de Finn, je n’aurais pas su distinguer les deux voix. Puis bon, on sait vers qui vont 90% des pensées de Calla. Inintéressant, donc.

 

Une romance à cinquante centimes

Contrairement à ce que les personnages se disent, aucun sentiment profond n’est ressenti pour l’autre. La relation se base sur un insta-love et un insta-lust qui ne laissent pas de place à la personnalité. Ceux qui ont lu le livre me diront certainement que la fin explique tout. Non, je ne trouve pas. En plus, leurs propos sonnent creux et ne sont pas sincères du tout…

Voilà, je n’ai lu que la moitié du livre (je m’estime déjà courageuse). Pour le reste, j’ai sauté les pages à chaque fois que ça repartait sur des trucs gnian-gnian (c’est à dire 49% du reste). Et j’ai bien lu la fin.

J’ai pas l’habitude de déconseiller des livres, mais croyez-moi – passez votre chemin!

 

Le livre est disponible sur Amazon:

Nocte

 

Jennifer

Hello!
Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu’elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c’est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

4 pensées sur “Nocte de Courtney Cole

  • Oualala livre a fortement éviter alors! Ton résumé ne donne pas vrmt envie de le lire et tu lui reproches des choses qui me gêne aussi dans les lectures donc je vais t’écouter et poser mon chemin 🙂 Tu as quand même persévéré à le lire presque en entier, respect 🙂

    Répondre
    • Complètement! A moins d’être fan de clichés et d’histoires où il ne se passe rien (avec bien sûr, le grand cliffhanger censé de donner envie d’acheter immédiatement le second tome où il ne se passera rien non plus), vaut mieux zapper 🙂

      En fait, j’ai lu la moitié du roman en entier, haha. Pour le reste, j’ai sauté les pages dès que je voyais que ça repartait en sucette (presque tout le temps pour ainsi dire). J’ai seulement lu la fin pour voir si ça valait le coup… Mais là encore, grosse incompréhension puisque ça sort un peu de nul part ^^’

      Courageuse, mais pas folle 😀

  • Voilà la fameuse review ! Ce livre a l’air terrible surtout avec des titres de paragraphe pareils. (« Une narration introspective diarrhéique » 👍)
    En tout cas, ça m’a bien fait rire et merci pour l’info, je ne ferai pas l’erreur de le mettre dans ma PAL. XD

    Répondre
    • Haha, oui!
      Au début, je voulais faire une revue avec de l’humour, mais en l’écrivant, je me suis rendue compte que le livre m’avait plus exaspérée qu’autre chose. Du coup, tout est sorti avec sarcasme! Mais tant mieux si ça t’a fait rire 😛

      Si je t’épargnes l’investissement en temps et en argent pour ce bouquin, alors c’est une grande victoire 😀

Laisser un commentaire