Shades of Earth de Beth Revis

Shades of Earth est le troisième tome de la trilogie Across the Universe.

Lire la revue du deuxième tome « A Million Suns »

Cette revue contient des spoilers sur les tomes précédents.

Elder et Amy s’apprêtent à rejoindre Centauri-Earth grâce à la capsule de secours. La population de Godspeed est divisée, certains ont choisi d’atterrir sur la nouvelle planète alors que d’autres ont opté pour rester sur le vaisseau. La navigation est difficile, ainsi que l’état émotionnel des passagers: il est difficile de laisser une partie de son peuple derrière notamment lorsqu’ils savent qu’ils ne les reverront jamais. Nos protagonistes ont une idée de ce qui les attend: des monstres, des hostilités, mais ils ne savent pas de quels monstres il s’agit. C’est en arrivant sur Centauri-Earth qu’ils découvrent de quoi il en retourne: des ptérodactyles. Cependant, les ptérodactyles ne sont pas les seuls problèmes, les cryogénisés sont réveillés, on assiste donc encore une fois à une division de la population avec d’un côté une solidarité entre Terriens et une autre entre Aériens. Chacun des clans se méfie de l’autre et veut protéger son propre clan. Mais il va falloir que les deux équipes s’unissent parce que la menace est grande. En plus d’avoir à affronter des prédateurs et d’être dans l’ignorance des dangers potentiels qu’abrite Centauri-Earth, des disparitions et des meurtres ont de nouveau lieu. Quels sont les monstres dont parlait Orion: les ptérodactyles, les Terriens ou une forme extraterrestre?


Shades of Earth est très différent des deux premiers tomes, ce qui est normal puisque les personnages ne sont plus à bord du vaisseau. Cependant, on retrouve quelques similarités: des tensions entre des populations qui ne s’étaient encore jamais côtoyées, des meurtres, des mystères ou encore les drogues. Ces similarités n’ont rien avoir avec l’envie de prolonger la trilogie inutilement, c’est une continuation de l’histoire, on sait tous que ce qui s’est passé sur Godspeed était plus gros que le simple fait de coloniser une nouvelle planète. Pour moi, Across the Universe est l’une des rares trilogies où l’auteure n’a pas cherché à prolonger sa série pour des raisons commerciales mais parce qu’elle avait réellement quelque chose à raconter.

Ce tome se concentre essentiellement sur la survie et la compréhension du nouveau monde qui entoure les personnages. Du coup, on a un tome un peu plus lent mais toujours aussi divertissant et palpitant. J’ai pas pu décrocher, il fallait que je sache comment tout cela allait se finir, résultat, j’ai fini le livre à 5h du matin ! Avec les ptérodactyles, j’ai eu l’impression d’assister à un passage de Jurassic Park, et d’ailleurs Amy en fait même l’allusion. Mais comme on se doute bien, le plus grand des dangers ce ne sont pas les monstres à proprement parlé mais les individus qui agissent comme tels.

Amy et Elder s’affirment plus que jamais. Elder ne se laisse pas faire par les militaires, il sait qu’il est le leader des Aériens et que les Terriens se fichent bien de leur sort. Les Terriens ont une mission et surtout des secrets qu’ils ne veulent absolument pas partagés. Mais Elder ne s’arrête pas là, il va à la recherche des réponses, il confronte le danger: Elder a l’étoffe d’un vrai leader dans ce dernier tome.

Amy, elle, est toujours aussi intelligente, forte et courageuse, et même s’il y a certaines vérités ou théories pertinentes sur le rôle et les connaissances détenues par ses parents, Amy ne peut s’empêcher de raisonner juste. Résultat, elle aussi est à la recherche de la vérité. La seule personne en qui elle a une confiance aveugle, c’est Elder, et réciproquement. Le duo est solide, on a la dose exacte de scènes « émotionnelles » entre les deux personnages. Certains peuvent penser que ce n’est pas assez, mais pour moi c’était idéal parce qu’avec tous les dangers, les mensonges et l’importance de la survie, les personnages ne doivent pas penser à embrasser constamment leur prochain, il y a beaucoup plus important.

On découvre donc ce qu’il se trame sur Centauri-Earth mais aussi les raisons de cette colonisation. J’ai fait des découvertes inattendues, et d’autres où je voyais que quelque chose n’allait pas ou que quelqu’un était louche, mais je ne pouvais pas en deviner les raisons ou les enjeux.

 

Cliquer pour révéler les spoilers

 

Dans tous les cas, c’est une excellente série que je recommande volontiers.

 

Le livre est disponible sur Amazon:

Shades of Earth

 

Jennifer

Hello! Je suis une blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

2 pensées sur “Shades of Earth de Beth Revis

  • Je comprends! Surtout quand on a aimé les deux premiers opus de la série… Je trouve qu’ils auraient pu au moins sortir le livre en version numérique, histoire d’avoir la trilogie complète. Du coup, avec la VO, on est sûr de ne pas avoir ce genre de problème 😉

    De rien, pour une fois, mes anciennes revues ultra détaillées ont servi à quelque chose, haha!
    C’est moi qui te remercie, c’est très gentil de t’être arrêtée 😀

    Répondre
  • Ce tome 3 me fait tellement envie. Ca m’embête qu’il ne soit jamais sortie en français. Grâce à toi je sais ce qu’il s’y passer. Peut-être qu’un jour de le lirais en VO.
    Merci pour cette belle chronique. 😉

    Répondre

Laisser un commentaire