Siege and Storm de Leigh Bardugo

Siege and Storm est le deuxième tome de la trilogie Grisha.

Cliquez sur ce lien pour lire la revue du premier tome « Shadow and Bone »

Cette revue contient des spoilers sur le premier tome.

Alina et Mal avaient réussi à échapper au Darkling et ses serviteurs. Ils vivent à présent dans la pauvreté et doivent donc prendre le premier travail venu et doivent dormir dans des endroits assez lugubres. Mais voilà, ils savent très bien que le Darkling ne va pas s’arrêter de les traquer, et pout cause Alina est le Sun Summoner et possède l’un des plus grands amplificateurs jamais créés. Le Shodw Fold, quant à lui, s’étend de plus en plus sur Ravka.

Comme d’habitude, avec Leigh Bardugo, l’action arrive très rapidement avec le retour du Darkling! Qu’est-ce que ça m’a fait plaisir de le revoir. Mais l’action s’essouffle, et on retombe sur les bases du premier tome. Cependant, j’ai trouvé les intrigues supérieures à Shadow and Bone malgré leur simplicité.

Ce que j’ai aimé:

L’action à la première partie du livre menée par le Darkling. Je ne m’attendais pas à le revoir aussitôt dans le roman. En fait, toutes les fois où le Darkling est présent sont intéressantes!

Sturmhond, Tamar et Tolya. Ils sont vraiment un plus dans cette histoire, sans eux, je ne sais pas si j’aurais autant apprécié le livre. Sturmhond est mon bébé n°2, il est drôle, mystérieux, intelligent, un excellent soldat, un bon pirate, et je ne m’attendais pas à la découverte le concernant. Tamar est badass, intelligente tout comme Tolya même s’il se fait plus discret.

Malgré le manque d’action, le récit reste toujours aussi intéressant. J’ai notamment aimé la connexion entre Alina et le Darkling. Mais j’en veux plus.

J’ai aimé la fin, ou plutôt une partie de celle-ci. C’est resté trop facile à mon goût mais ça a redonné un peu de punch à l’intrigue.

L’histoire des amplificateurs était intéressante bien qu’incomplète puisqu’on ne sait toujours pas pourquoi certains Grisha possèdent des pouvoirs démesurés et pas d’autres.

L’ambiguïté concernant la loyauté des Grisha était un plus pour donner un peu de mystère, mais je n’ai pas trouvé, qu’au final, il y ait eu de la traitrise.

 

Ce que j’ai le moins aimé:

Le Darkling fait figure de guest-star, ce que je n’ai pas trop apprécié. C’est quand même le grand méchant qui assassine à la pelle et réussit par la surprise.

Alina prend des décisions stupides comme le fait de cacher des secrets à Mal. Tantôt je l’ai apprécié (dans sa relation avec Sturmhond) et tantôt elle m’a exaspérée (dans sa relation avec Mal). Durant tout le récit, Alina est ignorante, mais à la fin par le plus grand des miracles, elle finit par se montrer plus intelligente que tout le monde, même le grand méchant. Autant dire, que niveau crédibilité…. Alina ne fait pas preuve de force, elle pardonne tout et facilement, ça m’a exaspérée au plus haut point. J’aurais aimé la voir évoluer, mais la vérité, c’est que la seule chose qui l’a fait changer un peu, ce sont les amplificateurs. Donc niveau évolution des personnages: zéro.

On apprend toujours rien sur le Darkling et son passé, Mal reste superficiellement traité ainsi que l’origine des Grisha. Mal se conduit comme un idiot (faut dire qu’avec les réactions stupides d’Alina, ça n’aide pas), ça m’a plus frustrée qu’autre chose.

Je commençais à apprécié voir Alina se faire corrompre par les ténèbres, ça donnait plus de complexité au personnage. Mais, comme d’habitude, ça n’a pas duré longtemps…

Globalement, ce deuxième tome était meilleur par rapport à l’arrivée de nouveaux personnages très intéressants, aux actions (peu fréquentes mais bien menées) et par rapport aux quelques rebondissements. Cela dit, je reste quand même sur ma faim et j’espère que toutes les zones d’ombres seront éclaircies. Je ne veux pas me retrouver avec un méchant qui est méchant parce que c’est comme ça et pas autrement. Je veux de la nuance, de la profondeur, de l’action.

 

Le livre est disponible sur Amazon:

Siege and Storm

 

Jennifer

Hello! Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

Laisser un commentaire