Simon vs. the Homo Sapiens Agenda de Becky Albertalli

Simon a tout pour être heureux. Il fait partie d’une comédie musicale, il a une famille qui l’aime, des amis sur qui il peut compter, il est également très apprécié par ses camarades du lycée… Mais Simon est aussi gay, et bien qu’il se sente à l’aise avec son identité, celui-ci n’a toujours pas trouvé le courage de faire son coming out. Heureusement, Simon échange régulièrement des e-mails avec Blue, un garçon rencontré en ligne qui fréquente le même établissement scolaire que lui, dans lesquels il peut parler librement de son homosexualité et afficher pleinement ses pensées. Alors qu’il se trouve à l’école, Simon oublie de se déconnecter de sa boîte mail et permet à un autre lycéen de lire l’intégralité des échanges. Conscient des secrets qu’il détient, ce dernier décide de faire chanter Simon: si Simon ne veut pas que son homosexualité soit révélée au grand jour, il devra faire en sorte que son maître chanteur sorte avec son amie Abby.

Simon vs. the Homo Sapiens Agenda est le premier roman contemporain que j’ai aimé cette année. Je dirais même que c’est le livre qu’il me fallait pour passer un bon été! C’est frais, drôle et super mignon. Et vous savez quoi? J’ai adoré tous les personnages, ce qui est très rare! *Champagne*

En plus d’être fan d’Harry Potter, Simon, seize ans, fait partie d’une comédie musicale à laquelle participe également ses meilleurs amis (rien que ça, c’est super cool!). Un jour, alors qu’il oublie de se déconnecter de sa boîte mail, un étudiant prénommé Martin met les mains sur ses e-mails personnels et découvre plusieurs secrets: Simon est gay, Simon discute avec un certain Blue qui s’avère lui aussi gay, Simon utilise un pseudo ce qui implique que son homosexualité n’est pas encore connue de tous… Bref, Martin *suggère* à Simon qu’il a tout intérêt à le brancher avec Abby –  une amie de Simon – ou il se pourrait bien que ses e-mails soient malencontreusement révélés! Que voulez-vous? Les accidents, ça arrive… Bloop.

Pour Simon, la mise à jour de son homosexualité n’est pas vraiment un problème, il assume parfaitement qui il est. Mais s’il devait être honnête, il repousserait volontiers l’échéance. Malgré qu’il sache que sa famille et ses amis seront toujours là pour lui, il veut que son coming out se fasse en son temps et selon ses termes. Non, le plus embêtant, ce sont les conséquences que cela peut avoir sur la vie de Blue et sa connexion avec lui.

It’s a weirdly subtle conversation. I almost don’t notice I’m being blackmailed.

Blue est lui aussi homosexuel, et tout comme Simon, il n’en a pas encore discuté avec ses parents croyants. Etant timide et réservé, Blue s’ouvre uniquement grâce à l’anonymat que lui offre le net (il refuse catégoriquement de rencontrer Simon ou de lui divulguer des détails trop personnels). Il tient beaucoup à Simon, mais si les e-mails venaient à être rendus publics, il est certain que celui-ci cesserait toute conversation afin de préserver son identité!

Quand on voit le chantage auquel Simon doit faire face, on s’attend à ce que l’histoire prenne une tournure dramatique… Ce n’est pas du tout le cas! L’auteure met en avant des personnages décontractés et aborde le sujet du coming out avec beaucoup d’humour et de légèreté! Rien que les premières pages m’ont fait rire, c’est pour vous dire! Le sujet est sérieux, mais le héros garde la pêche et avise au moment opportun.

J’aime bien Simon, son sens de l’humour et le fait qu’il assume son homosexualité. Puis, je sais pas, j’apprécie son absence totale de complexes. N’importe qui qui discuterait avec une personne qui lui plaît sur le net serait stressé à l’idée de ne pas lui plaire physiquement, mais ce n’est pas le cas de Simon! Le type ne s’en fait pas trop, quoi! J’adore. On est vraiment dans la romance basée sur la personnalité. Quant à Blue, j’ai aimé le fait qu’il soit attentif à la langue anglaise (orthographe, grammaire) ainsi que la manière avec laquelle il finit par s’ouvrir petit à petit. D’ailleurs, Blue est celui qui prend souvent les devants.

The way I feel about him is like a heartbeat — soft and persistent, underlying everything.

La romance est mignonne comme tout! Les deux protagonistes se parlent déjà depuis quelques temps, du coup, on a l’impression qu’ils se connaissent depuis toujours et que l’évolution vers une romance est tout à fait crédible. Cependant, je trouve que le contenu des échanges était peu signifiant, rien de bien profond n’était partagé –  que ce soit par rapport aux grands événements (qu’ils ne peuvent se raconter sans risquer de dévoiler leur identité) ou par rapport à leurs sentiments. Mais bon, quand on découvre la vraie identité de Blue, ça passe! Hehe.

Mis à part ça, on a des personnages secondaires diversifiés et géniaux auxquels on peut facilement s’identifier. On a d’un côté les amis de Simon qui sont tolérants, drôles, aventureux et qui font beaucoup de choses ensemble – sans compter qu’ils sont toujours là pour défendre Simon contre les homophobes. Et de l’autre, on a la famille de Simon qui est tout aussi ouverte et cool: ils s’aiment mais ils ont aussi leurs petits secrets! L’attitude des parents est très réaliste, ils se montrent tantôt aimants, tantôt fermes, tantôt embarrassants… C’était vraiment super. Même la prof de musique était bien, sa répartie contre les homophobes était juste parfaite.

Au final, même si ce roman n’a pas été un coup de coeur, je n’ai rien de négatif à dire. L’auteure a su tout équilibrer de façon à nous livrer une histoire simple mais agréable tout en créant des personnages aimables. En plus, je n’avais pas du tout deviné l’identité de Blue, pourtant, j’étais certaine de l’avoir trouvée à plusieurs reprises!

Voilà une auteure que je continuerai de suivre avec intérêt!

 

Jennifer

Hello!
Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu’elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c’est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

6 pensées sur “Simon vs. the Homo Sapiens Agenda de Becky Albertalli

  • Tiens, tiens… J’irai jeter un oeil à ta revue pour voir ce que tu en as pensé! 😀
    Bah tu vois, on est pareilles! Surtout que dans les romans contemporains, les personnages sont facilement décevants. Tu me confortes dans mon opinion! 😉

    Répondre
  • J’avais beaucoup aimé ce livre ! Comme tu dis, c’était frais ! Simon est vraiment un personnage très cool (et c’est encore rare que j’apprécie les principaux protagonistes). Vraiment j’ai adoré aussi – même si je ne me souvenais plus de certains points que tu cites, je me souviens avoir passé un bon moment !

    Répondre
  • Rassure-toi tout de suite, ce n’est pas niais du tout! Il n’y a ni insta-love, ni mélodrame, ni débordement de sentiments! 😀
    C’est beaucoup de complicité, d’échanges adorables, quelques situations cocasses… x)
    OUI enfin! C’est la première fois que je trouve rien à redire, donc je suis très contente!

    Répondre
  • C’est ça qui est bien dans ce livre, on ne se prend pas une seule fois la tête! Les personnages sont bien dans leur peau, et toutes les mésaventures que subit Simon sont traitées avec positivité et humour. C’était une lecture parfaite pour cet été! 😉

    Répondre
  • J’ai entendu beaucoup de bien de ce livre, surtout sur la façon d’aborder avec légèreté et justesse l’homosexualité. Il a l’air de véhiculer de beaux messages.

    Répondre
  • J’hésite à lire ce livre depuis déjà quelques temps, j’avais peur que ce soit trop niais ou culcul, mais du coup ta chronique me donne bien envie de le lire (comme souvent …) ! En tout cas ça fait plaisir de voir que tu as trouvé un contemporain qui te satisfait enfin :p !

    Répondre

Laisser un commentaire