Stalking Jack the Ripper de Kerri Maniscalco

Stalking Jack the Ripper est le premier tome d’une série.

Audrey Rose Wadsworth est la fille d’une riche famille bourgeoise qui n’a jamais manqué de rien, jusqu’à ce que sa mère décède de la scarlatine, une fièvre caractérisée par l’apparition de plaques rouges sur la peau, et que sa petite vie bien tranquille s’en trouve à jamais ébranlée. Depuis, le reste de sa famille tente de l’encourager à se fondre dans les codes de la haute société victorienne, mais Audrey Rose ne s’intéresse qu’à une seule chose: les cours pratiques de médecine légale enseignés par son oncle asocial qui lui permettent de mieux comprendre les processus internes de la mort. Alors que cette dernière pratique la dissection de cadavres à l’abri des regards dans le but de protéger sa réputation, elle va toutefois se retrouver au cœur de l’enquête qui va bouleverser les habitants du district londonien de Whitechapel en 1888: celle du tueur en série Jack l’Éventreur.

Qui n’a jamais entendu parler du célèbre Jack l’Éventreur, le tueur en série qui a massacré des prostitués dans le but de prélever leurs organes? Il y a 130 ans, au cours de l’année 1888, il a terrorisé de août à novembre les citadins de Whitechapel en commettant des crimes qui resteront à tout jamais impunis. Mais qui était-il donc? C’est le mystère que décortique Kerri Maniscalco dans sa version de l’histoire! Et bien que le dénouement soit prévisible, l’ambiance, l’époque et la passion d’Audrey Rose pour l’anatomie humaine m’ont fascinée. C’était addictif!

Après la mort de sa mère, Audrey Rose a abandonné tout intérêt pour l’étiquette pour s’adonner à la dissection de corps humains. Pour elle, c’est un moyen de dédramatiser la perte d’un être cher et de ne considérer que l’aspect médical de la chose. Cela étant, dans cette société distinguée, il est très mal vu pour une femme, quel que soit son statut, de pratiquer une activité à la fois masculine et peu délicate. Audrey Rose doit donc cacher sa passion aux yeux de sa famille, surtout de son père, germaphobe, qui craint qu’elle ne meurt subitement au contact des microbes.

Cette dernière va ainsi suivre en cachette les enseignements pratiques de son oncle, un médecin légiste bizarre mais réputé pour ses brillantes théories et observations. Elle va même intégrer une école de garçons pour y étudier cet art et faire, par la même occasion, la rencontre de Thomas Cresswell, un génie de la médecine légale avec qui elle entre en compétition afin de gagner l’approbation de son oncle. Cependant, quand un tueur en série sème des cadavres ensanglantés de prostitués dans les rues de Whitechapel, autopsier n’est plus qu’un simple hobby, c’est une course contre la montre pour découvrir l’identité du meurtrier et prévenir de futures victimes.

Fear is a hungry beast. The more you feed it, the more it grows.

Ce tome est très descriptif dans les détails qu’il met en avant, j’ai adoré cet aspect! Lorsqu’on commence l’histoire, on est immédiatement plongé dans cette ambiance cadavérique et médicale avec une scène où Audrey Rose est en train de faire l’autopsie d’un corps. Chaque étape est scrupuleusement retranscrite, ce qui est assez répugnant au début, mais on s’y fait rapidement! On parvient même à se détacher du côté sanglant pour n’apprécier que l’apport scientifique. L’auteure a fait ses recherches et a même inséré des images d’archives médicales, c’est foufou!

En parlant d’Audrey Rose, c’est une héroïne que j’affectionne particulièrement. En plus d’être courageuse, intelligente et têtue comme une mule, elle n’a pas peur de défier les attentes de la société afin de pouvoir exercer le métier qui lui plaît: en apparence, elle suit la volonté des hommes l’entourant, puisqu’une femme sans l’appui du sexe opposé ne peut subsister seule (triste mais vrai pour l’époque). Toutefois, elle n’hésite pas à trouver tous les subterfuges adéquats pour rejoindre son oncle! J’ai trouvé cette caractérisation réaliste, cela rend la protagoniste plus réelle. En plus, j’ai adoré sa façon analytique et détachée de parler des cadavres, c’était drôle par moment!

Le contexte lui-même était bien fait, on voit que Kerri Maniscalco s’est bien renseignée. Avant que l’affaire Jack l’Éventreur ne survienne, Whitechapel était frappée par le sous-développement et la maladie (la Reine Victoria l’a modernisée à la suite des meurtres), du coup, l’encadrement familial dans lequel évolue Audrey Rose est pertinent: le père a peur qu’elle se fasse emporter par les microbes et souhaite qu’elle mène une vie de bonne dame, et son frère, bien qu’il soit sa seule source de réconfort, la traite comme une fille fragile qui a besoin de l’appui d’un homme.

Monsters were supposed to be scary and ugly. They weren’t supposed to hide behind friendly smiles and well-trimmed hair. Goodness, twisted as it might be, was not meant to be locked away in an icy heart and anxious exterior.

Mais le plus intéressant selon moi, c’est qu’on assiste aux avancées scientifiques en matière de médecine légale et à la naissance de la notion de tueur en série! C’était curieux de voir les personnages trouver de nouveaux moyens d’étudier les corps ainsi que les différents indices en vue de résoudre l’enquête! Avant 1888, on n’imaginait même pas qu’un individu puisse assassiner plusieurs personnes, et encore moins qu’il puisse s’amuser à narguer la police en étalant ses crimes! D’ailleurs, l’auteure a inséré des lettres de Jack pour plus d’authenticité. Cool, non?

L’intérêt amoureux et camarade de notre héroïne, Thomas Cresswell, est quant à lui notre Sherlock de service! Il aime enquêter et autopsier les cadavres. Il est également charmant et mystérieux, mais c’est surtout son absence de pudeur qui m’a beaucoup plu. Tout comme Audrey Rose, il vit différemment de ce que lui dicte le système: alors que les hommes doivent se montrer galants et tout en retenue, Thomas se veut désinvolte et direct dans son approche avec les femmes. Pour tout vous dire, quand il apprend que la protagoniste veut devenir médecin légiste, cela ne le surprend même pas. J’ai pas pu m’empêcher de sourire à chaque fois qu’il flirtait avec elle!

Cela dit, malgré les aspects positifs, je n’ai pas noté ce livre trois étoiles pour rien, hein. Déjà, j’ai trouvé que l’auteure accordait trop de pages à la description de scènes futiles (quand Audrey joue la fille modèle, par exemple, ce n’est pas ce qu’il y a de plus excitant). Ensuite, je pense que les héros tombaient un peu trop facilement sur les bonnes réponses, surtout en ce qui concerne Thomas Cresswell. Je veux bien croire qu’ils soient intelligents mais, pour le coup, y a des moments où tout sortait de nulle part… Cela manquait de consistance.

Quant au dénouement de l’intrigue, c’était assez prévisible quand même. Il m’a suffi d’une scène pour écarter tous les autres suspects et saisir l’identité du coupable! Si encore ça n’avait été que ça, ça n’aurait pas été aussi problématique. Le hic, c’est que je n’ai pas été convaincue par le choix du personnage, ses motivations étaient étranges et ne collaient pas du tout avec sa personnalité. Certes, c’est un psychopathe, mais je sais pas… C’était un peu trop tiré par les cheveux à mon goût!

Néanmoins, Stalking Jack the Ripper a été divertissant. J’aime beaucoup le concept d’enquête familiale, et ce premier tome n’a pas échappé à la règle! J’ai déjà la suite en ma possession, hihi.

 

Le livre est disponible sur Amazon:

En anglais

En français


Tous les liens Amazon sont affiliés.

En commandant via les liens affiliés, La Tentation du Livre reçoit une commission de la part d’Amazon.

Jennifer

Hello ! Moi, c'est Jennifer, une blogueuse littéraire pétillante qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave ! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force ! On est bien du côté obscur, non? ツ

6 pensées sur “Stalking Jack the Ripper de Kerri Maniscalco

  • Mais attend… si tu as trouvé le coupable avant les personnages qui sont eux-mêmes intelligents… peut-être que c’est toi qui est encore plus intelligente qu’eux ! On en apprend beaucoup sur soi en lisant, je l’ai toujours dit (non).

    Sincèrement, je pense que je pourrais être intéressée par ce livre : rentrer dans les détails viscéraux c’est trop génial et puis une héroïne comme ça, un héros comme ça, ça a l’air assez fun ! Petit bémol sur le fait que les résolutions sortent de nulle part parce que si, en tant que roman d’enquête, c’est pas le point fort du récit, où va-t-on ? Je vous le demande ma petite dame !

    Répondre
    • Haha, j’apprécie cette éloge savoureuse mais, franchement, l’identité du coupable était archi prévisible xD
      Si ça te plaît n’hésite donc point mon enfant! Les détails morbides, c’est ce que j’ai le plus aimé, Audrey est à fond dans sa passion!

      Hmm, très chère amie, je peux juste te dire que la résolution était évidente selon moi, mais rien ne dit que tu ne sois pas surprise. Ce ne serait point la première fois! 😀

  • Les deux premiers tiers de ta chronique m’ont convaincu de lire ce livre. Cette histoire a l’air atypique mais dans le bon sens 🙂 La description que tu fais du personnage principal me plaît beaucoup. J’ai bien relevé les points négatifs que tu abordes et j’espère que le reste de la lecture fera que je ne m’y attarde pas trop 🙂 Je te dirais cela quand il sera bien sûr traduit en français 😉

    Répondre
    • Y a plein d’aspects positifs qui ont contrebalancé les points noirs de ce premier opus, je pense qu’elle peut te plaire! En plus, je la trouve bien écrite cette histoire, le langage est encré dans l’époque, on se croirait vraiment dans les rues de 1888 🙂

      Toi qui aime les mystères un peu sombres, je pense que tu es susceptible de passer un bon moment! Il a été traduit en français, c’est donc l’occasion 😛

  • Même avec les points négatifs que tu soulignes, je me laisserai bien tenter 🙂 C’est original et j’aime beaucoup les idées qui sont développées 🙂 J’espère que tu aimeras le tome 2.

    Répondre
    • Même avec les points négatifs, c’était addictif, j’ai passé un super moment! Il n’y a pas de raison pour que toi non plus 😀

Laisser un commentaire :