The Bone Season de Samantha Shannon

The Bone Season est le premier tome d’une série.

Nous sommes en 2059 avec un Londres purgatoire pour tous les unnaturals appelé à présent Scion London. Les humains se chassent entre eux: les normaux purgent leur territoire des humains détenant des dons de clairvoyance qu’ils estiment dangereux. Paige Mahoney fait partie des unnaturals, c’est une dreamwalker. Elle fait partie des Seven Dials, un groupe d’unnaturals criminels qui sévit clandestinement dans Scion London. Alors que Paige rentre chez elle, elle est attaquée, droguée et traînée à Sheol I, un camp situé à Oxford et dirigé par les Rephaim, une race supérieure provenant d’une autre planète. Paige est assignée sous la garde de Warden, un Rephaite, qui sera son nouveau maître et entraîneur. Paige est donc désormais prisonnière des Rephaim, et si elle veut survivre elle doit jouer le jeu: servir.


Avant de partir en courant (hehe) en voyant les mots « race supérieure » et « autre planète », sachez que les Rephaim n’ont rien à voir avec les petits bonhommes verts de Rencontre du troisième type ou Mars Attacks.

Le contexte: il y a deux cent ans, soit en 1859, les Rephaim ont débarqué sur la planète terre et ont établi un pacte avec les humains. Les Rephaim ont un grand ennemi – les Emim – des monstres mangeant de la chair humaine et rephaite. A l’époque, les humains voulaient déjà se débarrasser des unnaturals, les humains et les Rephaim ont donc vu un intérêt: les humains peuvent se débarrasser des unnaturals et les Rephaim peuvent se protéger des Emim en envoyant ceux-ci les tuer à leur place, c’est ainsi qu’a été créé Sheol I.

Depuis ce jour, il y a des Bone Seasons, des périodes de moisson durant lesquelles Scion London va envoyer des unnaturals pour servir les Rephaim. Mais il n’est pas évident de capturer des unnaturals avec les dons qu’ils ont – c’est pour cela que Scion London a créé des escadrons d’unnaturals pour traquer les unnaturals criminels, clandestins. En travaillant pour Scion London, ces unnaturals ont droit à trente ans de tranquillité de la part du gouvernement avec en plus des privilèges. Au bout de ses trente ans, ils sont tués. Cependant, étant donné la courte espérance de vie qu’il y a en vivant clandestinement, beaucoup d’unnaturals choisissent de travailler pour Scion London.

Les unnaturals: ce sont des êtres humains mais avec des dons de clairvoyance. Il y a en tout sept ordres de clairvoyance (avec plusieurs catégories différentes pour chacun), mais dans ce premier tome on rencontre surtout quatre ordres: les Soothsayers, les Sensors, les Guardians et les Jumpers. Les Soothsayers ont tendance à pouvoir prédire des éléments du futur, les Sensors ont l’habilité à utiliser l’un des quatre sens (pas de cinquième ici donc), les Guardians peuvent faire appel aux esprits et les lier à eux, et enfin les Jumpers sont capables de faire voyager leur esprit au-delà de leur enveloppe corporelle. Mais pour utiliser ses dons, il faut entrer dans l’aether qui est la source permettant d’accéder à ses pouvoirs. Dans Scion London, les unnaturals font très souvent partie d’une section et d’une cohorte de criminels rattachée à un district – et à la tête de chaque district il y a un mime-lord ou une mime-queen. Ensemble, mime-lords et mime-queens forme le Clairvoyance Syndicate.

Ceux qui n’ont pas de pouvoirs – les humains normaux – sont appelés les amaurotics.

Les Rephaim: ils ont l’apparence humaine, même s’ils sont plus grands en taille et composés différemment d’un organisme humain. Comme je le disais, ils dirigent Sheol I, des gardiens choisissent les unnaturals et les amaurotics qu’ils veulent entraîner. Bien évidemment, vous vous doutez bien que les « entraînements » sont difficiles, et il y a ce problème de haine réciproque entre les deux races. Les unnaturals sont étiquetés, ils perdent leur identité et se voient attribuer un gilet de couleur qui marque leur place au sein du camp:

  • Red jackets: c’est le rang le plus élevé pour les humains, ils sont chargés de combattre les Emim. En échange de leurs services, ils ont des privilèges. Ils sont souvent appelés bone-grubbers par le reste de la population.
  • Pink jackets: ce sont ceux qui ont réussi la première épreuve de Sheol I mais qui doivent combattre un Emim pour pouvoir porter le gilet rouge. Lorsque le pink jacket échoue à la deuxième épreuve, il redevient white jacket – ou yellow jacket s’il a fait preuve de lâcheté.
  • Yellow jackets: ce sont les lâches.
  • White jacketstous les arrivants à Sheol I portent le gilet blanc dans l’attente des épreuves qu’ils doivent subir. Cela signifie aussi, pour un pink jacket qui a échoué à sa deuxième épreuve, qu’il doit vivre part lui-même au sein de Sheol I. Résultat: pas de protection contre les Emim, pas de nourriture…
  • Harlie: ce sont des intermittents qui divertissent les Rephaim. Comme les white jackets, ils vivent par eux-mêmes.
  • Amaurotics: ils servent les Rephaim au sein de leur résidence (ménage, cuisine..)

Tous ceux qui ne sont pas utiles aux Rephaim vivent par eux-mêmes, ce qui signifie pour les humains être la proie des Emim. Souvent, on voit dans Sheol I des humains à qui il manque des membres ou des emplacements de chair…

Ce livre est un mélange entre dystopie et paranormal, et le rendu est vraiment très bon. J’ai bien aimé ce livre! Il ne faut pas avoir peur de tous ces termes que l’auteure a créés, si on ne les comprend pas au départ, on a 400 pages pour s’y habituer. Le tout c’est de ne pas se prendre la tête, poursuivez votre lecture comme si de rien n’était, Samantha Shannon se répète intelligemment pour nous faire avaler son vocabulaire et comprendre son monde. The Bone Season n’est qu’un avant-goût de cet univers, je vois bien qu’elle n’a utilisé que peu d’ingrédients pour ce début.

Le côté extraterrestre peut rebuter un peu, et pourtant ce n’est pas ridicule. Comme je le disais, on n’a pas de soucoupes volantes ou de bonhommes verts, c’est plus mature que ça, et vachement intéressant!

Côté intrigue, ça peut paraître bateau: des méchants extraterrestres qui viennent coloniser la Terre et réduire la race humaine en esclavage. Sauf qu’il y a sept tomes et qu’on se doute bien que ça va plus loin que ça. Puis la manière dont c’est fait, cette part d’horreur et de guerre, j’ai trouvé ça intéressant. Sheol I m’a rappelé la jeunesse hitlérienne, on a les collaborateurs d’un côté et les êtres libres de l’autre, le travail forcé, l’étiquetage etc…

Puis on a un petit côté Hunger Games par rapport au symbole. Paige est forte et a ses petites faiblesses, mais surtout elle m’a rappelée le Mockingjay: elle est la flamme qui lance la révolution, elle est celle qui ne se laisse pas faire par les despotes. Il y a tout de même des moments où elle ne peut rien faire étant quasiment la seule à se rebeller, mais l’esprit révolutionnaire est bien là!

Malgré une intrigue un peu bateau dans ce premier tome, j’ai aimé l’univers, les personnages, l’utilisation du paranormal, le contexte sociopolitique et ce côté guerrier-rébellion.

Je compte bien poursuivre la série !

 

Le livre est disponible sur Amazon:

The Bone Season

Saison d’os

 

Jennifer

Hello!
Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu’elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c’est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

Laisser un commentaire