The Crown’s Game de Evelyn Skye

The Crown’s Game est le premier tome d’une duologie.

L’histoire est celle de Vika Andreyeva, future enchanteresse de l’empire tsariste. Celle-ci s’entraîne depuis son plus jeune âge à manier ses pouvoirs, elle sait qu’elle va devenir enchanteresse et veut donc donner le meilleur d’elle-même. Mais voilà, Vika n’est pas la seule puisque Nikolai Karimov est aussi un enchanteur. Puisqu’ils sont de l’ordre dedeux et qu’un seul titre est disponible, l’empire organise un ancien jeu: The Crown’s Game. Durant ce tournoi, Vika et Nikolai vont devoir s’affronter jusqu’à la mort: chacun a droit à cinq coups au cours desquels le gagnant est nommé lorsqu’il s’est débarrassé de l’adversaire; si au bout de ces cinq coups aucun des deux adversaires n’a renversé l’autre, le tsar choisira le vainqueur qu’il aura estimé le plus redoutable durant la compétition.

The Crown’s Game annonce du rêve avec une compétition sanglante, des pouvoirs magiques, un empire tsariste…mais tout cela n’est que du rêve vendu sur une quatrième de couverture. On est bien loin de la réalité.

C’est la quatrième fois que j’abandonne la lecture d’un livre (je parle de lectures personnelles, pas de lectures académiques), et pour que j’abandonne c’est que le livre est vraiment mauvais! Je me suis accrochée jusqu’à la page 169, mais je me suis ennuyée, c’était monumental, j’ai préféré abréger mes souffrances sinon j’allais faire une dépression nerveuse. Je ne fais pas de revues sur les livres que j’abandonne (parce qu’en général ça arrive au bout de 30 pages: donc pas grand chose à dire) mais comme je suis arrivée à quasiment à 50% du livre, j’ai matière à débattre.

Par rapport au tournoi: grosse déception, ils ne sont que deux. Je m’attendais à ce qu’il y ait plusieurs candidats qui s’éliminent les uns après les autres. Bref, je m’attendais à avoir le souffle coupé, de l’action, des moments de tension…bah rien du tout. On sait très bien que l’auteure va faire naître une romance entre les deux personnages principaux, alors on se dit ils vont s’en faire voir des vertes et des pas mûres et après ils vont tomber amoureux l’un de l’autre. Encore une fois non. Ils n’essayent même pas, ils ne se connaissent pas et pourtant ils hésitent (et pas pour les bonnes raisons).

Cette histoire de tournoi m’a fait penser au dilemme du chasseur: quand on ne sait pas ce que l’autre va faire, on agit toujours avec son instinct et on prend toujours le risque de se protéger soi et ce qui nous appartient; on ne peut pas compter sur l’exemplarité de l’autre quand ce qui l’amène à agir dépend de sa survie. Donc pour moi, la chose logique était que les deux protagonistes cherchent à s’éliminer ne sachant pas comment l’autre va agir. Quelle déception..

Le tsar qui est censé arbitrer le tournoi se montre quand il le veut bien.

Concernant la magie: l’auteure n’arrête pas de nous rabâcher Ô combien Vika a de grands pouvoirs, et pourtant elle se fait laminer par Nikolai. Par-là, j’entends que Nikolai s’est montré plus intelligent, sournois et créatif alors qu’il est censé détenir des pouvoirs moindres. Vika s’inspire des idées de Nikolai, et j’étais loin d’être impressionnée. La magie en général est plutôt moyenne alors qu’ils se sont entraînés toute leur vie. Une autre déception.

Evelyn Skye a très mal exécuté son intrigue. On n’assiste jamais aux conceptions des pièges par les personnages mais uniquement aux défenses. On ne sait jamais comment les idées leur viennent ou s’ils ont eu des difficultés à concevoir leurs attaques. Non, c’est quand l’adversaire se défend que l’on apprend quelle est cette attaque. Pour couronner le tout, les personnages sont toujours frappés par une idée ingénieuse pour se sortir du pétrin. Du coup, on a deux pages pour dire que le personnage sent qu’il y a quelque chose qui ne va pas, une page où le personnage repère l’attaque ou le piège, et un paragraphe où il réussit à s’en sortir. Et ça tourne à chaque fois comme ça…c’est pas intéressant, c’est ennuyeux, c’est pas crédible.

Les personnages: Nikolai est le seul personnage intéressant. J’ai aimé comment il utilise intelligemment sa magie, son histoire, mais étant donné la monotonie du livre en général je ne peux même pas poursuivre l’histoire pour lui (peut-être que je lirai uniquement les chapitres qui le concernent). Je ne me suis pas attachée à Vika que je trouve pathétique, et les autres protagonistes servent à meubler l’histoire: Pasha sert à créer un triangle amoureux pathétique, Sergei à créer un drame familial avec Vika, la soeur de Sergei (dont je ne me souviens même plus du nom tellement je m’en cogne) sert à insérer un méchant dans l’histoire, le tsar n’a aucune figure d’autorité…

La romance: on s’y attend mais pas à ce qu’elle intervienne au bout de la cinquantième page (j’exagère peut-être, j’ai pas regardé, mais l’idée est là). Vika est prête à tomber, mais son chevalier blanc la rattrape, c’est le début d’une longue histoire d’amour obsession pour la voix, les pectoraux et les yeux de Nikolai. Heureusement qu’ils sont pris dans un tournoi à mort sinon on aurait droit à un Cinquante nuances de Grey version tsariste. Et bien sûr, on a le célèbre rectangle triangle amoureux avec Pasha. Pasha voit Vika se servir de ses pouvoirs et il la traque pour connaître son identité…mais oui, qui ne ferait pas ça? Moi aussi j’aurais envie de mieux connaître un lanceur de foudre… j’irais même demander à la boulangère au cas où (en essayant de pas faire trop sociopathe). Hmmm.

Un point positif: l’auteure semble maîtriser la culture russe. Il y avait un bon potentiel par rapport à l’utilisation de la magie, notamment par Nikolai, c’était ingénieux, mais encore une fois l’exécution était très mauvaise.

The Crown’s Game n’est pas une déception en soit parce que j’en n’attendais pas trop au vu des notations déjà biens peu valorisantes, mais je ne m’attendais pas à ce que cela soit aussi soporifique et d’une banalité sans nom. En général je trouve toujours quelque chose que j’aime, mais là, à part Nikolai et les bribes de magie de celui-ci, je n’ai pas accroché.

Bref, je ne recommande pas ce livre.

 

Le livre est disponible sur Amazon:

The Crown’s Game

 

Jennifer

Hello! Je suis une blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

Laisser un commentaire