The Diviners de Libba Bray

The Diviners est le premier tome d’une quadrilogie.

Après un scandale, Evie est renvoyée de chez ses parents pour aller vivre pendant quelques temps auprès de son oncle Will à Manhattan. En arrivant sur place, elle découvre une ville excentrique et avancée où tous les rêves deviennent possibles. Cependant, lorsqu’un tueur en série frappe en laissant derrière lui des signatures occultes, la police décide de faire appel au Musée du Folklore, de la Superstition et de l’Occulte Américain où travaille Will pour résoudre cette affaire. Mais l’identité du meurtrier n’est pas le seul mystère à joncher les rues de Manhattan: depuis quelques temps, Evie est capable d’entrevoir des fragments de la vie d’une personne – y compris ses plus sombres secrets – en touchant simplement un objet lui appartenant. Son don est le seul espoir de résoudre cette enquête. La Bête s’est réveillée, et avec elle, la prophétie des Devins.

Cela faisait un moment que je n’avais pas mis le nez dans un roman paranormal, du coup, en voyant le troisième tome de la série The Diviners se pointer sur mon fil d’actualité, j’ai sauté sur l’occasion pour me surprendre un peu! Parce que, why not? Et même si je n’ai pas eu les grands frissons attendus, c’est une toute autre surprise que j’ai eu: un tome riche et complexe de presque 600 pages que je n’ai pas pu lâcher.

En 1926, après avoir terni la réputation de l’une des familles les plus influentes d’Ohio, Evie est exilée à Manhattan pour aller vivre temporairement avec son oncle Will. Ce dernier est passionné par l’univers de l’occulte, il est d’ailleurs le dirigeant du Musée du Folklore, de la Superstition et de l’Occulte Américain au sein duquel il dispense des enseignements en matière de paranormal. Alors qu’Evie pensait mener la belle vie, elle découvre une toute autre vérité.

Premièrement, son oncle semble préférer la compagnie de son jeune assistant Jericho à celle d’Evie. Deuxièmement, le musée menace de fermer les portes si les taxes dues à l’Etat ne sont pas versées. Et qui dit plus de musée, dit retour en Ohio! Heureusement – façon de parler, hein – un meurtrier fait son apparition et tue ses victimes en laissant sur chaque corps des signes occultes. Ainsi, en plus de participer à l’enquête, le musée se voit devenir de plus en plus populaire. Enfin, c’est surtout les histoires loufoques inventées par Evie qui rendent le musée aussi attrayant, haha! Des barres, je vous dis. 

Naughty John, Naughty John, does his work with his apron on. Cuts your throat and takes your bones, sells ’em off for a coupla stones.

Par curiosité, Evie décide de suivre son oncle sur les lieux du crime. Mais en remettant la chaussure de la victime pour lui redonner un soupçon de dignité, la protagoniste déclenche par inadvertance son pouvoir de Devin, et les visions qui en ressortent pourraient être liées à l’assassinat de la victime. Néanmoins, Evie est plus enclin à faire la fête et à profiter des joies de la vie plutôt qu’à faire avancer l’enquête. Pour l’instant.

Comme je le disais plus haut, ce tome est complexe, il n’est pas seulement question d’une héroïne dont le talent réside dans la capacité à résoudre les meurtres. Les personnages sont nombreux et diversifiés, ce sont des exceptions de la société – pas seulement par rapport à leur nature – mais par leur manière de penser qui prône l’évolution des mentalités. On fait la rencontre d’Evie qui a perdu brutalement son frère à cause de la guerre, de Sam le pickpocket, de Theta qui fuit son passé, de Memphis qui subit le racisme, de Jericho l’orphelin recueilli par Will, de Henry le pianiste gay… J’ai adoré Sam et son arrogance ainsi que l’amitié  entre Theta et Henry! GIMME MORE.

Tous ces protagonistes ont des particularités, certains sont des Devins (médiums, guérisseurs, visiteurs de rêves), d’autres relèvent du jamais-vu… Mais tous ont un rôle dans l’histoire. Les points de vue multiples dont celui du vent permettent de mieux cerner les personnages ainsi que l’atmosphère. J’ai été fascinée par leurs secrets, leurs pouvoirs, leurs connexions… Tout a sa cohérence, sa pointe d’humour et sa tragédie.

There is nothing more terrifying than the absoluteness of one who believes he’s right.

Libba Bray nous emporte dans un univers vintage à la fois glamour et glauque! Venez découvrir le jazz américain, le cinéma muet, les bars clandestins ou encore les fins spectacles, et jamais vous n’oublierez cette époque. L’auteure a fait ses recherches et ça se voit! The Diviners est si riche en détails et en vivacité que ce n’était plus de simples images qui se construisaient dans ma tête, mais un film en noir et blanc. Carrément.

Il y a également des sujets plus sérieux qui sont abordés tels que la ségrégation raciale, le fanatisme religieux, la première guerre mondiale, la haine et le regard désapprobateur envers les femmes… On apprend beaucoup de choses sur cette époque où tout paraît pourtant si innocent et pur. Ca peut faire beaucoup, et pourtant, ça n’a fait qu’ajouter plus de tension! On voit comment toutes ces dynamiques affectent l’enquête.

L’investigation était peut-être l’aspect le moins fascinant puisqu’on connaît déjà l’identité du tueur. C’est plus les connaissances que j’ai acquises en matière d’occulte, le raisonnement derrière les différents dogmatismes ainsi que le côté « enquête familiale » qui m’ont le plus intéressée! La prophétie qui entoure les Devins, bien que prometteuse, reste vague. J’aurais voulu en savoir plus sur là-dessus.

Finalement, ce qui a joué dans ma notation, c’est le comportement d’Evie durant les 300 premières pages. Malgré le fait qu’elle soit marrante, l’héroïne se montre superficielle et égoïste. C’EST INSUPPORTABLE. Heureusement qu’elle finit par évoluer car la suite s’annonce prometteuse!

Note: le livre est assez lent car il y a énormément d’axes à traiter, mais il est très bien écrit! Et super bien.

 

Le livre est disponible sur Amazon:

The Diviners

 

Jennifer

Hello! Je suis une blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

8 pensées sur “The Diviners de Libba Bray

  • Je n’avais pas l’intention de lire ce livre … jusqu’à ce que je lise ta chronique ! J’avais vu quelques avis positifs, mais le synopsis ne me disait pas trop, et la taille me rebutait du coup !
    Mais en te voyant parler de la complexité de l’univers, et des réflexions apportées par l’auteure, ça me donne quand même envie ! Tu m’as convaincue ! Merci !

    Répondre
    • Oww merci! Ca me fait toujours plaisir quand je parviens à convaincre quelqu’un de lire un livre que j’ai aimé!

      Alors là, je te comprends! Quand j’ai lu le synopsis la première fois, j’ai pensé à une enquête paranormal toute pourrie xD
      En fin de compte, je me suis lancée et j’ai découvert que ce tome était beaucoup plus riche qu’il ne paraissait. Le seul hic, c’est Evie et son comportement égoïste et superficiel pendant une bonne partie du livre >_<‘

  • haaaaa mais il a l’air génial ce roman!! Je vais guetter sa sortie en français. L’ambiance année 20 plus occulte doit être terrible 🙂

    Répondre
    • C’est le cas 😛
      je sais vraiment pas si la série sortira un jour en français, ce tome a été publié en 2012 si je ne me trompe pas… Mais peut-être qu’avec le succès actuel ça va changer! Je l’espère! 🙂

  • OMG !!! Le résumé me plait énormément mais alors avec ta critique, je suis foutue !!!! XD Je me le note 🙂 Et pour info, j’ai fini un roman en anglais hier et je poursuis avec un autre ouvrage en VO ! Youhou !

    Répondre
    • Il est trop bien! Faut juste s’accrocher au début car le comportement du personnage principal laisse à désirer, mais ça va beaucoup mieux par la suite! xD

      Je suis fière de toi, mon poulain! 😀
      J’ai hâte de lire ton avis!

  • Ohlala mais ça donne toujours envie tes chroniques. Figure-toi que je n’ai plus de place dans mes bibliothèques. C’est pas possible de me tenter comme ça. Bon, du coup, ton blog porte assez bien son nom.

    Je n’ai jamais lu de livres traitant de l’occulte, ça peut être intéressant, surtout si ça porte sur la divination. Ce mélange entre les années 20, la divination et le côté un peu sombre ça me tente beaucoup.
    Par contre, de quoi pourra bien parler le deuxième tome… Ça se concentre sur l’un des axes abordés dans ce tome ? On repart sur une enquête ? Sur totalement autre chose ? Enfin en tout cas, celui-ci a l’air original ! je vais de ce pas voir s’il est sorti en VF ! 🙂

    Répondre
    • Hihi, merci! Malheureusement, il n’a jamais été traduit en français, ta bibliothèque reste donc protégée de cette diabolique tentation x)

      Franchement, le tout fonctionne très bien, ça accentue encore plus l’ambiance! En fait, le deuxième tome va mettre en avant une autre affaire (thème que je n’ai pas exploré pour ne pas spoiler quoique ce soit), mais y a aussi un développement de l’univers, notamment de la prophétie qui touche les Devins ainsi que leurs différents pouvoirs. Comme je le disais, y a beaucoup d’axes qui ont été introduits ici, ce premier opus n’est que le sommet de l’iceberg! De toute façon, je compte lire la suite, donc tu pourras voir si ça tient la route ou non 🙂

Laisser un commentaire :