The Fate of the Tearling de Erika Johansen

The Fate of the Tearling est le troisième tome de la trilogie The Queen of the Tearling.

Lire la chronique du deuxième tome « The Invasion of the Tearling »

Cette revue contient des spoilers sur les tomes précédents.

Afin d’épargner le Tearling d’une guerre perdue d’avance contre Mortmesne, Kelsea s’est fait volontairement capturer prisonnière par la Reine Rouge dans l’espoir que ses joyaux suffisent à détourner son attention du territoire. Mais ce qu’elle ne sait pas, c’est que ses décisions et son absence remarquée ont plongé le Tearling dans un profond chaos. Avec le sort du royaume sur ses épaules, Massue doit faire face à l’arrivée massive de réfugiés et aux coups d’état orchestrés par le Saint-Père. Sans compter que ses plans visant à faire évader la reine de prison ne sont qu’une succession d’échecs: il ne sait même pas où se trouve la souveraine, ni si celle-ci est encore en vie. Cela dit, de son côté, Kelsea n’est pas totalement démunie. Avec ou sans joyaux, elle est prise de visions du passé remontant à la première génération née des suites de la Traversée, celle qui marque la fin de l’utopie de William Tear. Solutions concrètes ou simples condamnations du Tearling, les visions de Kelsea auront malgré tout un rôle déterminant quant à l’avenir du royaume.

Je ne suis pas prête de me remettre du brio de cette série. Que ce soit par ses fantastiques personnages, ses thèmes provocateurs, ses flashbacks percutants entre le passé, le futur et le présent ou encore sa fin inconventionnelle et amère, Erika Johansen a réussi à ériger son histoire parmi mes favorites! Et comment aurait-il pu en être autrement? Après toutes les émotions que j’ai eu pour des héros que je connaissais à peine! Cette trilogie est juste GÉNIALE.

En se livrant à la Reine Rouge, Kelsea n’a pas seulement sauvé le Tearling, elle a aussi signé son arrêt de mort. C’est en tout cas ce qu’elle croyait jusqu’à ce que la Reine de Mortmesne, découvrant que les joyaux de William Tear ne fonctionnaient plus une fois en sa possession et que son armée se détournait de son autorité, lui demande de l’aide pour sauver son royaume. En effet, Row Finn, la créature noire libérée par Kelsea en vue de protéger le Tearling, est en route pour récupérer sa couronne et s’apprête à débuter sa mission par l’anéantissement de Mortmesne.

Etant la seule à pouvoir puiser dans les joyaux, Kelsea est l’unique espoir de débarrasser le monde de l’immortel Row Finn. Mais comment mettre à terre une créature aussi ancienne dont on ne sait strictement rien des sombres pouvoirs? Heureusement, Kelsea est une fois de plus frappée par des visions du passé touchant la génération née de la Traversée. Par le biais de Katie, elle est témoin de la montée de l’Eglise et de l’expansion de la corruption qui ont mené le monde actuel au bord du précipice. Mais elle va également en apprendre plus sur Row Finn et les joyaux ainsi que sur le Fetch qui a fini par trahir la famille Tear et qui est depuis sur le chemin de la rédemption.

Empathy. Carlin always said it was the great value of fiction, to put us inside the minds of strangers.

J’étais déjà épatée par la construction narrative du deuxième opus, mais alors là, je suis toute éblouie! Comme avec Lily, j’avais quelques réticences quant à suivre les étapes importantes de la vie de Katie car, même si je voyais l’utilité de son histoire, je craignais de ne pas m’attacher suffisamment à l’héroïne pour apprécier pleinement ma lecture… Ahlala, si vous saviez combien j’ai angoissé pour elle! Retourner à l’époque de la Traversée m’a rendu nostalgique de ces personnages hors normes et de cette expérience historique alors qu’ils n’ont jamais existé. C’est dingue, non?

Grâce au second opus, je savais que William Tear allait mourir, que son fils Jonathan allait se faire assassiner et que le Fetch allait trahir la communauté utopique, et malgré tout, cela n’a fait qu’accroître ma crainte pour les personnages. Honnêtement, j’ai passé plus de temps à redouter les événements qu’à prendre du plaisir à lire le récit! Connaître le sort de la TearUtopie m’a perturbée car, à mesure des pages, j’apprenais à connaître et à chérir les protagonistes. C’est comme tendre à un malade le remède de la guérison pour finalement le lui reprendre. *Soupire*

Katie m’a beaucoup marquée, j’ai adoré sa personnalité. Son regard était passionnant et judicieux pour expliquer la ruine qui a touché le Nouveau Monde. Elle est partagée entre son devoir communautaire envers William Tear et son amitié avec Row Finn… Et euh… C’est juste stressant? Je n’aime pas Row Finn, mais voir Katie souffrir à cause de leur amitié brisée m’a causé des ulcères. Néanmoins, elle continue de faire ce qui est juste malgré les difficultés. J’ai admiré son dilemme entre sauver la communauté et la laisser périr dans sa corruption!

J’avais eu la même sensation d’épée de Damoclès avec les autres personnages de la Traversée. On aperçoit certains sombrer sous nos yeux, d’autres se revigorer parmi le chaos tandis qu’une poignée ont connaissance de leur mort future. On ne voit pas beaucoup William ou Jonathan Tear mais leur disparition a laissé un vide inexplicable: ce n’était pas encore la chute du Nouveau Monde, mais ce n’était plus non plus le même monde…

Sometimes I think: if they want to walk around armed and build fences and let a church tell them what to do, let them wallow in it. They can build their own town of closed thinking, and live there, and find out later what a shitty place it really is.

Et que dire des réflexions intelligentes et des vérités dérangeantes soulevées par l’auteure? C’est juste brillamment amené! Elle analyse la complexité de la nature humaine et l’inéluctabilité des erreurs répétées par l’humanité: les Hommes oublient trop souvent leur Histoire et tendent à perpétuer guerres et échecs au nom d’idéaux connus pour avoir déjà fragmenté des civilisations passées. Ils n’apprennent pas de leur vanité et de leur quête de pouvoir, et continuent l’entretien de la notion de supériorité et de mérite eugénique. C’EST PHÉNOMÉNAL.

En tout cas, on sent que Erika Johansen est anti-conformiste, elle a clairement brisé le mythe du Fetch. Il fallait oser quand même… Après nous avoir introduit un personnage aussi mystérieux et sombre, elle m’a donné envie de lui refaire le portrait… Ugh, sacré changement, en effet… J’apprécie l’homme qu’il est devenu, mais tout comme pour Kelsea, avec ce que j’ai appris sur lui, ma perception a complètement changé! Je ne peux plus le voir autrement. Bizarrement, ce choix ne m’a pas déçue, je trouve qu’il concorde bien aux questions traitées par l’auteure.

J’ai lu dans plusieurs avis que certains pensaient que Kelsea n’avait pas assez évolué, et je dois dire que je ne suis pas du tout d’accord! Kelsea a toujours été forte et indépendante, c’est juste qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de le montrer jusqu’à qu’elle devienne la Reine du Tearling. La seule chose qui lui manquait, c’était les rudiments de la gouvernance, de la lecture des attentes de la foule et du sens du sacrifice, ce qu’elle a appris grâce à sa Garde. Je ne vois pas comment un personnage aussi fourni peut évoluer davantage, surtout face à sa décision finale!

D’ailleurs, cette fin qui sort des sentiers battus m’a énormément plu. J’ai pu deviner une partie de son exécution mais j’avais tout faux sur son résultat! On a la dose nécessaire de réponses, mais comme pour notre Histoire à nous, certaines questions ne trouveront jamais leur réponse… Il faut s’y faire! On ressent de l’amertume, c’est vrai, mais il fallait s’y attendre avec Miss Johansen x)

Mis à part ça, j’ai adoré suivre les points de vue des personnages secondaires, notamment Massue et Aisa qui sont courageux jusqu’au bout! Toutes les narrations se croisent de sorte à permettre à la résolution de l’intrigue de former une cohérence. Je suis fan! Aussi, on obtient des éclaircissements sympas sur la Reine Rouge que je n’apprécie pas particulièrement mais qui m’a paru plus humaine.

Ce troisième tome fut un coup de coeur assuré! Les héros brillent par leur complexité.

Note: apparemment, l’auteure a prévu d’écrire d’autres livres dans cet univers. *Happy face*

 

Le livre est disponible sur Amazon:

En anglais

En français


Tous les liens Amazon sont affiliés.

En commandant via les liens affiliés, La Tentation du Livre reçoit une commission de la part d’Amazon.

Jennifer

Hello ! Moi, c'est Jennifer, une blogueuse littéraire pétillante qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave ! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force ! On est bien du côté obscur, non? ツ

6 pensées sur “The Fate of the Tearling de Erika Johansen

  • « Ne pas lire cette chronique. Ne pas lire cette chronique… » J’ai voulu me garder le suspense donc je ne l’ai pas lu 🙁 Le tome 2 est ma prochaine lecture et je ne voulais rien me révéler. Je reviendrai donc la lire après 😉

    Répondre
    • Tu as tout à fait raison! Ce serait dommage de se spoiler une si belle trilogie 🙂
      J’espère que tu vas vite lire le deuxième tome, j’aimerais bien avoir ton avis!

  • Une « fin inconventionnelle et amère » ? Suis-je prête à cela ? Oui, vu comme ce livre m’a l’air parfait, je pense que je suis prête à cela. Il me faudra être forte. Et patiente.

    Rien que de lire ta chronique m’a donné envie de replonger dans l’univers. Vraiment hâte de retrouver Massue et Kelsea. Elle nous avait vraiment laissés frustrés, Mme Johansen. Très très envie de lire la suite !!

    Répondre
    • Ouiii, replonge-y et donne-moi ton avis sur cette fin! Elle en a fait râler tellement de lecteurs, haha.
      Vu que tu as aimé les deux premiers, je ne vois pas pourquoi tu n’aimerais pas celui-là 🙂
      J’ai hâte de savoir ce que tu penses de l’histoire et des nouveaux points de vue, ça m’intéresse!

  • Non mais avec tous les avis positifs sur cette série que je lis, il va vraiment falloir que je m’y mette !!!

    Répondre
    • Je te la recommande sans hésitation, les personnages et les histoires sont superbes! Je ne pense pas que tu seras déçue 🙂

Laisser un commentaire :