The Lies of Locke Lamora de Scott Lynch

The Lies of Locke Lamora est le premier tome de la série Gentleman Bastard.

Il est la Ronce de Camorr. Un bretteur invincible, un maître voleur. La moitié de la ville le considère comme le héros des miséreux. L’autre moitié pense qu’il n’est qu’un mythe. Les deux moitiés n’ont pas tort. En effet, de corpulence modeste et sachant à peine manier l’épée, Locke Lamora est, à son grand dam, la fameuse Ronce. Les rumeurs sur ses exploits sont en fait des escroqueries de la pire espèce, et lorsque Locke vole aux riches, les pauvres n’en voient pas le moindre sou. Il garde tous ses gains pour lui et sa bande: les Salauds Gentilshommes. Mais un jour, une mystérieuse menace plane sur la cité de Camorr. Une guerre clandestine pourrait en ravager les bas-fonds.

Mon avis

Ça faisait belle lurette que je voulais lire The Lies of Locke Lamora. Il faut dire que je n’avais entendu que du positif au sujet de cette série, notamment qu’elle était une version plus complexe et mature de Six of Crows. Et comme j’adoreee cette duologie, bah, l’argument a suffi à lui-même! Il est vrai que les manigances sont extrêmement bien ficelées, si bien que je me suis fait berner plusieurs fois. Cependant, il manquait ce petit truc pour le rendre addictif et remarquable. On sent qu’il s’agit d’un tome d’introduction et que le meilleur reste à venir. Enfin j’espère!

A Camorr, bien que les riches contrôlent la ville, ce sont les gangs qui font la loi. Il y a longtemps, lors de la Paix Secrète, le Duc Nicovante, puissante autorité de la ville, et les Capas, dirigeants du monde criminel, ont formé une discrète alliance: les gangs sont officieusement autorisés à voler les riches, à l’exception de la noblesse et des forces de l’ordre, sous condition qu’ils ne se fassent pas prendre la main dans le sac. En cas de manquement à ces règles, le voleur peut être condamné à mort par son chef de gang qui aura réclamé ce droit auprès du Capa de son quartier.

Mais la transgression ne saura tarder avec l’arrivée de Locke Lamora. En dépit de son esprit aiguisé et de son agilité, ce dernier manque d’instruction et dérobe la bourse d’un représentant de l’ordre alors qu’il venait juste d’intégrer un groupe de voleurs. Entre profit et mort, son chef de gang choisit de vendre le garçon à Chains, un prêtre aveugle du Temple de Perelandro, qui va le joindre au gang des Salauds Gentilshommes et lui inculquer l’art d’arnaquer l’élite à l’insu de Capa Barsavi, l’homme qui a éliminé les autres Capas pour gouverner seul les gangs de Camorr. Aujourd’hui adulte, Locke et ses amis concoctent les plans les plus insolites pour dépouiller les plus fortunés.

The only person who gets away with Locke Lamora games is Locke Lamora.

Tout ce que vous aviez lu à propos des stratégies intelligentes élaborées par Locke Lamora est vrai. Sérieux, c’est du génie! Donnez à ce héros de quoi se déguiser, un rapide descriptif de la situation économique ou politique, et celui-ci vous prépare un stratagème hyper travaillé pour lequel même la personne la plus avertie tomberait dans le panneau. Locke est un imposteur de haute qualité qui se fond complètement dans son personnage: il peut changer sa voix, son accent, sa tenue, son âge, sa culture, sa classe sociale… Il peut même jouer plusieurs personnalités à la suite!

Après, la comparaison avec Six of Crows s’arrête vraiment avec les plans concoctés. L’histoire en elle-même n’a rien à voir avec un casse. Ici, il s’agit purement de vol, d’arnaque, de personnification et, ouais, parfois, de meurtre. Oui, oui. Camorr est une ville cruelle: les enfants doivent rejoindre les gangs pour ne pas mourir de faim (lorsqu’ils ne sont pas vendus sur le marché de la prostitution) et les gentils peuvent mourir dans la souffrance pendant que les méchants se baignent dans la luxure et le pouvoir. Quant aux prisonniers, ils sont jetés en pâture pour amuser les nobles!

Je me suis bien plu dans cet univers où pratiquement tout peut se produire et où nos protagonistes sont à l’abris de rien. Le paysage est typique de la ville de Venise avec ces vieilles bâtisses et ses canaux, rendant Camorr presque impossible à quitter! A cela s’ajoute une mixture de trains de vie, marquée par la pauvreté et la décadence, ainsi que la mythologie faisant essentiellement office de subterfuge pour se venger et s’enrichir. Et même si la magie est présente via les Bondsmagi et les monstres, les héros ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour s’en sortir! Il n’y a aucune place pour la chance. La situation peut partir en vrille à tout moment!

There’s no freedom quite like the freedom of being constantly underestimated.

Par rapport aux protagonistes, j’ai adhéré à leur simplicité. Locke n’a rien de beau ou de fort, ce qui le sauve, c’est son esprit vif et calculateur. Il a régulièrement besoin de ses amis pour le défendre lorsqu’il fait face à quelqu’un de plus costaud que lui! C’est un peu pareil avec les autres héros. Jean a la force brute mais pas le cerveau pour les opérations, et Galdo et Calo sont bons en matière de déception et de rapidité. Après, individuellement, je ne me suis pas attachée à eux car ils ne sont pas super développés quoi… Je les apprécie davantage en groupe! J’ADORE LES GROUPES.

Sinon, j’ai aimé la moralité grise des personnages. Il y a même des passages où leur éthique s’avère contradictoire! Les Salauds Gentilshommes préfèrent voler l’argent sans blesser personne, c’est un fait. Mais ils n’hésitent pas à mettre la vie de certains en danger si cela va dans le sens de leur plan. Néanmoins, à un moment donné du récit où un péril menace des habitants, les héros choisissent de faire le bien alors que ça ne sert pas tellement leur arnaque… Wut???

Niveau intrigue, elle est assez bateau je dois dire: quelqu’un cherche à prendre le pouvoir sur tout et tout le monde. Voilà. Mais bon, moi, je suis là pour la magouille et la corruption, mouhaha. Locke n’est pas le seul gars intelligent dans le récit, vous savez! Puis la narration était bien en plus, j’ai bien aimé les flashbacks entre le passé et le présent, ça m’a permis de mieux connaître les héros et de mieux cerner leurs motivations! ET D’AIMER LE GROUPE!!!

Plusieurs lecteurs avaient parlé d’un début de romance entre Locke et un autre type mais je n’ai rien vu. Je suis déçue de ce côté-là pour le coup…

Bref, The Lies of Locke Lamora a été une bonne lecture mais pas un coup de coeur. Maintenant que le contexte et l’histoire sont posés, j’espère que la suite sera super!

Ma notation de quatre étoiles

 

Le livre est disponible sur Amazon:

En anglais

En français


Tous les liens Amazon sont affiliés.

En commandant via les liens affiliés, La Tentation du Livre reçoit une commission de la part d’Amazon.

Jennifer

Hello ! Moi, c'est Jennifer, une blogueuse littéraire pétillante qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave ! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force ! On est bien du côté obscur, non ? ツ

8 pensées sur “The Lies of Locke Lamora de Scott Lynch

  • J’aime aussi la magouille et la corruption depuis que j’ai commencé l’Assassin Royal. Je n’aurai pas de mal avec celui-ci je pense. J’ai vu qu’il était publié depuis au moins 2007. Et c’est la 1ère fois que j’en entends parler ! 😮

    Répondre
    • Je n’ai entendu que du bien de l’Assassin Royal ! Il faut vraiment que je m’y mette XD
      Pour cette série, je dois dire qu’on ne la voit pas tellement passer sur les blogs français, mais c’est quand même bizarre que tu n’en ais jamais entendu parler lol

  • J’adore les groupes aussi ! Franchement, c’est un truc qui me fait kiffer quand c’est bien créé, et cela quelque soit le support créatif 🙂 Une amie m’a conseillé la saga, et il faut que je trouve le temps de m’y mettre. Il y a une suite d’ailleurs, si je ne me trompe pas.

    Répondre
    • Y a pas mieux que la notion de « famille trouvée », j’adore la camaraderie, l’humour, la solidarité… On retrouve tout ça avec la bande des Salauds Gentilshommes ! Après, je trouve que ce premier tome fait office d’introduction et qu’il n’est pas non plus incroyable, mais ça annonce de bonnes choses pour la suite 🙂

    • Ouiii, j’aimerais bien savoir ce que tu en penses 😀

    • ah bah je suis en train de le lire là et j’aime bof pour l’instant, je trouve que ça digresse un peu trop et il y a trop de descriptions

    • Ouais et bin je viens de le finir là et bof bof, je l’ai trouvé trop long et pas passionnant XD

Laisser un commentaire :