The Night Circus de Erin Morgenstern

Le cirque arrive sans crier gare. Aucune annonce ne précède sa venue, aucune affiche sur les réverbères, aucune publicité dans les journaux. Il est simplement là, alors qu’hier il ne l’était pas. Sous les chapiteaux rayés de noir et de blanc, c’est une expérience unique, une fête pour les sens où chaque visiteur peut se perdre avec délice dans un dédale de nuages, flâner dans un luxuriant jardin de glace, s’émerveiller de la souplesse de la contorsionniste au tatouage et se laisser enivrer par les effluves de caramel et de cannelle qui flottent dans l’air. Bienvenue au Cirque des Rêves. Cependant, derrière la fumée et les miroirs, la compétition fait rage. Deux jeunes illusionnistes, Celia et Marco, s’affrontent, rivalisant d’audace et d’imagination, dans un combat magique pour lequel ils se sont entraînés durant toute leur enfance avec l’aide de leurs étranges professeurs. Mais l’un comme l’autre ignorent qu’ils risquent ainsi leur vie. Lorsque Celia et Marco tombent amoureux, la compétition laisse place à la collaboration. Toutefois, en cédant à leurs sentiments passionnels, les illusionnistes mettent à la fois en danger le cirque et les personnes qui les entourent.

Mon avis

Bon, déjà, j’ai envie de pouffer de rire devant ce résumé qui nous fait croire qu’une compétition de malade va avoir lieu. Parce que non, c’est pas du touuut le cas! Je suis extrêmement déçue par The Night Circus, l’univers me faisait vraiment envie, puis il est quand même devenu un favori absolu pour de nombreux lecteurs. Mais, outre mes attentes, je VOULAIS aimer cette histoire. Autant vous dire qu’il y a une très grosse différence entre ce qui est vendu et ce qui est réellement livré! Je ne comprends pas l’adoration autour de ce livre fade que j’ai failli abandonner à plusieurs reprises…

Pourtant, comme pour de nombreuses déceptions d’ailleurs, le récit avait très bien commencé. J’ai été transportée dès les premières pages par la narration habile de l’auteure: cette manière de nous introduire au cirque et de nous faire part de son éphémérité par le biais d’un avertissement, tout en nous incluant parmi un public privilégié, était originale et très bien pensée. Erin Morgenstern a une écriture atmosphérique: je me suis imprégnée des décors, des pièces mouvantes cachées et des senteurs gourmandes du cirque, c’était comme si j’y étais! L’ambiance est une réussite.

The circus arrives without warning. No announcements precede it. It is simply there, when yesterday it was not.

On apprend beaucoup de choses sur le cirque: sa création, son apparence, la magie qu’il abrite, les douceurs qu’il offre… Cela étant, il y a un déséquilibre notable puisque, si on a l’impression de tout savoir du cirque sans y être allé, on a néanmoins le sentiment de peu connaître les héros. On reste toujours en surface concernant Celia et Marco, ils n’ont ni profondeur ni réelle caractérisation. Ils sont tout bonnement interchangeables! L’auteure s’est trop penchée sur le lieu et pas assez sur ses composants. Ce que je ne comprends pas, c’est qu’elle avait commencé à nous parler du passé des personnages, de leurs sentiments et du fardeau de leur don puis, à partir d’un certain moment, elle a simplement arrêté. Eh. Je ne me suis pas attachée à eux pour le coup!

En gros, on sait juste qu’ils ont été choisis (allez savoir pourquoi) par leurs instituteurs (qui sortent de je-ne-sais-où) pour faire parti d’une compétition magique (et mortelle!) censée nous couper le souffle. Je peux d’ores et déjà vous dire que la compétition ne fait pas rage, mais qu’elle fait au contraire du surplace! A moins que faire la cour en pondant de jolis jardins et de belles sculptures soit mortel? LOLILOL. Je cherche encore le danger là-dedans. Aussi, la magie a l’air facile pour eux: on ne les voit jamais en train de créer et de subir les conséquences de leurs pouvoirs. Pas crédible.

A ce stade, si j’étais déjà saoulée par une compétition molle, la romance insta-love et superflue m’a vraiment agacée! Ils ne savent rien de l’autre et n’ont pour discussion que leur talent, mais ça fait rien, ils tombent amoureux. Meh. Certes, d’un point de vue temporel, des années passent avant qu’ils ne s’aiment, mais pour le lecteur, cela arrive du jour au lendemain. Je précise que, en plus, la relation se forme pratiquement à distance, chose à laquelle j’ai du mal à croire. Clairement, je n’ai rien ressenti pour eux, ils étaient juste ennuyeux! C’est dingue de voir ça dans un roman adulte.

Everything I have done, every change I have made to that circus, every impossible feat and astounding sight, I have done for her.

J’ai nettement préféré les héros secondaires tels que Poppet, Widget, Bailey et Friedrick. Malgré le fait qu’on ne sache pas grand chose sur eux, j’ai pris plaisir à suivre leur histoire! Les pouvoirs des jumeaux Poppet et Widget, par exemple, sont vraiment intéressants et mystérieux, et j’ai beaucoup aimé leur relation. Friedrick, qui a créé sans le vouloir le mouvement des Rêveurs, a été divertissant dans sa manière de rapprocher les gens et d’en faire une communauté à part entière. C’était juste magique de voir comment l’extraordinaire pouvait créer des liens.

Quant à Bailey, il doit choisir entre ce que lui dicte son coeur et la voie qui lui est toute tracée, soit entre l’incertitude de son rêve et la certitude de son héritage. Ça a été un protagoniste intéressant car il montre le dilemme chez beaucoup de personnes, notamment les jeunes, qui ne savent pas toujours comment ils voient leur avenir!

L’intrigue est forcément frustrante puisqu’on suit une compétition qui n’est qu’une démonstration innocente des pouvoirs des personnages. Puis, ça se termine bêtement alors que je m’attendais à une fin émouvante (j’avais entendu parler de tragédie, donc bon).

Je crois que c’est tout pour ce roman très long qui n’apporte malheureusement pas grand chose! Bien que le cirque soit porteur de rêves, cela n’a pas été suffisant pour maintenir mon intérêt. J’ai du mal à apprécier un livre si les personnages ne suivent pas la qualité de son univers.

Ma notation de deux étoiles

 

Le livre est disponible sur Amazon:

En anglais

En français


Tous les liens Amazon sont affiliés.

En commandant via les liens affiliés, La Tentation du Livre reçoit une commission de la part d’Amazon.

Jennifer

Hello ! Moi, c'est Jennifer, une blogueuse littéraire pétillante qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave ! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force ! On est bien du côté obscur, non ? ツ

6 pensées sur “The Night Circus de Erin Morgenstern

  • Ah ouais, Ouch…
    Bon bah, je pense que je vais pas m’attarder dessus alors ^^
    Kin

    Répondre
    • Si jamais tu as du mal à t’endormir, c’est ma recommandation en tout cas 😀

  • J’ai bien fait de revendre mon exemplaire 😀 J’avais commencé en anglais et je n’avançais pas assez vite à mon goût donc je l’ai abandonné pour ne jamais le prendre. Et ton avis me conforte dans ma décision, aucun regret !

    Répondre
    • Lol, tu n’avançais pas assez vite ou alors c’est le livre qui était trop lent (il l’est !).

  • Outch… J’en avais pourtant entendu du bien, mais là, clairement, je pense que je vais passer à côté… Il n’y a pas grand chose qui le sauve.

    Répondre
    • Moi aussi, figure-toi, je n’avais vu que des avis positifs ! Je trouve le résumé vraiment mensonger grrr

Laisser un commentaire :