The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle de Stuart Turton

Lors d’un gala organisé par ses parents, Evelyn Hardcastle va mourir pour la énième fois des suites d’un meurtre. Comment est-ce possible? C’est simple. Tant que l’identité du meurtrier demeurera secrète, la journée est vouée à se répéter, y compris l’énigmatique assassinat de la jeune femme dont le décès s’est déjà produit une centaine de fois. Toutefois, quoiqu’il fasse, Aiden reste piégé dans cette bulle temporelle où les actes qu’il entreprend n’ont aucun effet positif sur le drame. Chaque tentative aboutit au même résultat et l’enfonce un peu plus chaque jour dans la folie de Blackheath. Mais Aiden doit vite résoudre ce meurtre s’il ne veut pas revivre cette journée indéfiniment. En effet, une seule personne est autorisée à quitter Blackheath, et deux autres adversaires se battent déjà pour regagner leur liberté.

Au vu du synopsis de ce roman, je n’ai même pas cherché à comprendre, je l’ai direct précommandé. Ah, mais moi, je suis une vraie gangster! Bien sûr, vu le nombre de fois où je suis tombée sur des livres prometteurs qui ne l’étaient plus du tout une fois commencés, j’avais mes réserves… Bah… C’était encore mieux que je ne l’espérais. Stuart Turton a créé un casse-tête de génie qui m’a surprise à chaque tournant! Ce n’est même pas la peine de chercher la solution, toutes vos suppositions seront balayées. Croyez-moi, j’ai déjà essayé!

Aiden Bishop se réveille dans la peau de Sebastian Bell, un médecin invité à une soirée organisée par la famille Hardcastle, et a pour seul souvenir celui d’avoir été le témoin du meurtre d’une certaine Anna. Mais lorsque les officiers du manoir arrivent sur les lieux du prétendu crime, ils ne trouvent ni corps ni traces de lutte. C’est alors qu’Aiden remarque pour la première fois des blessures sur son avant-bras, mais il n’a aucun souvenir de son passé. Il se pose alors tout un tas de questions: comment est-il arrivé à Blackheath? Quel genre de personne est-il? D’où viennent ces blessures? Qui est Anna? Et surtout… WTF?

Au bout d’un moment, un homme masqué appelé le Plague Doctor annonce à Aiden que s’il veut retrouver sa liberté, il devra résoudre le meurtre d’Evelyn Hardcastle. Forcé à revivre la même journée à l’infini, ce dernier se voit attribuer huit hôtes parmi la foule d’invités. Toutefois, la mort d’un hôte entraîne l’impossibilité de sa réutilisation. Et le fait d’en être à court engendre automatiquement un redémarrage du cycle. Avec la mémoire effacée. Histoire d’aggraver les choses, Aiden apprend qu’il fait partie d’une compétition et que ses deux adversaires sont beaucoup plus fructueux dans leur enquête. Si jamais Aiden ne trouve pas le nom du tueur et qu’il n’en apporte pas la preuve en premier, il devra retenter sa chance en refaisant tout depuis le début.

Somebody’s going to be murdered at the ball tonight. It won’t appear to be a murder and so the murderer won’t be caught. Rectify that injustice and I’ll show you the way out.

HOLY SHIT. Quel livre brillant! The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle est un whodunnit qui n’a rien à envier aux romans d’Agatha Christie, bien que l’enquête nous rappelle le savoir-faire de cette auteure. Le récit met en avant un lieu à huis-clos où s’entremêlent meurtre, secret, mystère et voyage dans le temps. C’est une atmosphère presque oppressante où l’on se sent aussi prisonnier que le héros. Chaque détail est scrupuleusement implanté de sorte à ce que l’on s’interroge sur l’intention de l’indice et sa signification dans l’enquête. Les personnages se connaissant tous, ils ont leurs propres querelles et leur dose de faux-semblant!

Mais là où l’auteur a su se montrer malin, c’est dans sa manière d’aborder la boucle temporelle. Aiden habite le corps de huit autres protagonistes, ce qui nous permet d’avoir à chaque fois une nouvelle approche de l’histoire. Sérieusement, c’est trop bien! La journée se répète, mais les éléments sont en mouvement constant: le meurtre ne se reproduit jamais exactement de la même manière. Je trouve que les règles de la compétition rajoutent bien du challenge! On a toujours quelque chose à apprendre, il faut être très observateur.

D’ailleurs, je trouve que la question psychologique a été soigneusement abordée. Aiden ne sait rien de son passé, il ne connaît même pas son identité (on ne l’apprend que plus tard), du coup, lorsque son esprit prend possession du corps de son hôte, il en adopte souvent la personnalité. Ainsi, il lui devient difficile de distinguer sa propre personne! Chaque hôte a ses forces et ses faiblesses, et chaque caractère permet de s’approprier l’enquête différemment. C’est limite du dédoublement de personnalité, haha.

How lost do you have to be to let the devil lead you home?

Côté intrigue, le travail réalisé par l’auteur est ENORME. Qu’il s’agisse de l’abondance des indices, des voyages dans le temps, des adversaires d’Aiden ou encore des liens avec l’assassinat, le roman s’est avéré étonnant sous toutes les coutures! Quand je croyais enfin avoir mis le grappin sur la résolution de l’enquête, un autre secret ou un autre mystère éclatait. Stuart Turton nous manipule tout le long sans aucun scrupule, et ce n’est que vers la fin que l’on voit combien ce bouquin est réellement complexe! Et bien écrit.

Etant donné la difficulté du récit, on apprend très peu de choses sur les protagonistes, mais dans ce contexte-là, cela ne m’a pas du tout dérangée. J’ai appris à apprécier Aiden pour ses valeurs, on parvient à le séparer aisément de ses hôtes, bien qu’on se demande combien de sa personnalité est vraiment la sienne. En fait, c’est une variable tout à fait justifiée, mais il faut avoir lu le livre pour comprendre que l’approfondissement des héros était quasi impossible! Pourtant, on en vient étrangement à se prendre d’affection pour certains personnages secondaires, notamment la douce servante Lucy et le rusé valet Cunningham, qui dévoilent plusieurs facettes adaptées selon leur interlocuteur.

Oh, puis, il y a un tueur assoiffé de sang prêt à découper notre héros en rondelles – littéralement.

Mais aussi beaucoup de plot twists sur plot twists sur plot twists.

J’ai pratiquement eu un coup de coeur pour ce livre, mais j’ai deux reproches à faire. J’aurais voulu qu’il y ait un minimum d’explication par rapport à cette bulle temporelle. Est-ce de la magie? De la science-fiction? Du paranormal? Et surtout, j’ai trouvé la raison derrière cette compétition peu convaincante… Disons qu’avec toute l’intelligence dont a su faire preuve l’auteur, je pensais que le motif serait plus remarquable que ça!

Néanmoins, ce fut une lecture E-PA-TANTE. C’est Georgette qui le dit. C’est Georgette qui valide!

Note: ça veut dire lisez-le.

 

Le livre est disponible sur Amazon:

The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle

 

Jennifer

Hello! Je suis une blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

8 pensées sur “The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle de Stuart Turton

  • J’ai vraiment très envie de lire ce livre, il a l’air énorme, c’est tellement mon genre !! 😀 les avis que j’ai lus sont tous positifs, tu me donnes carrément envie de le commander tout de suite !! Roh, mon pauvre porte-monnaie :'(

    Répondre
    • Il est super bien ficelé, je ne m’attendais pas à toutes ces surprises! Il mérite d’être davantage lu, ça c’est certain 🙂
      T’en fais pas, je suis certaine que ton porte-monnaie s’en remettra (c’est pour la bonne cause)!

  • Je ne suis en général pas adepte du genre Agatha Christie mais… j’aime bien ce côté « revivre le meurtre à l’infini » (c’est à peine ignoble ce que je viens de dire). Je veux bien tenter l’expérience de cette lecture, quand il sortira en VF 🙂

    Répondre
    • Pouah! T’en fais pas pour ça, va, c’est ce qui m’a donné envie de lire le livre à la base xD
      Je suis donc point choquée, très chère!
      J’espère qu’il sortira en français, ça serait dommage sinon 🙂

  • Ouah, quel coup de coeur! Tu as l’air devoir beaucoup aimé ce livre, et je te comprends. Tu m’as convaincue de le lire quand tu as parlé d’Agatha Christie, d’enquête et surtout de 8 clos. J’adore ces ambiances 😉 Bon comme d’hab je vais devoir attendre la sortie française mais cela a l’air d’en valoir le coup 🙂

    Répondre
    • C’est exactement le genre d’intrigue qu’aurait pu écrire Agatha Christie, sauf qu’il y a un élément magique avec la bulle temporelle 🙂
      Franchement, c’est super bien fait, je suis bluffée par tant de créativité! Je sais même pas comment l’auteur a fait pour garder une trace de tous ces petits détails, c’est un roman qui mérite amplement d’être lu 😀

  • J’ai pas lu ta critique parce que j’ai vraiment très envie de lire ce roman ! Quand tu l’avais ajouté sur Goodreads j’étais allée voir de quoi ça parlait, et ça a eu l’air tellement génial que j’ai pas envie de me faire spoiler même un micro-élément :p le fait que tu l’aies adoré comme ça ne fait que renforcer mon envie de le lire rapidement 🙂

    Répondre
    • T’as bien raison! C’est ce que j’ai fait, et c’était surprise sur surprise! J’avais même hésité à mettre une ligne déconseillant de lire ma revue tellement ce livre doit être apprécié de but en blanc! J’espère que tu te régaleras 😀

Laisser un commentaire :