The Summer I Turned Pretty de Jenny Han

The Summer I Turned Pretty est le premier tome de la trilogie Summer.

Tous les ans, et ce depuis toute petite, Isabel (Belly) Conklin n’attend qu’une seule chose – les vacances d’été. C’est, en effet, l’occasion pour elle de passer du bon temps en famille, et surtout de revoir Conrad et Jeremiah Fisher. Les deux frères ont toujours considéré Belly comme leur petite soeur, mais pour Belly ils représentent ses premiers béguins amoureux. Mais à présent la petite fille aux lunettes est devenue une jolie adolescente de bientôt 16 ans. Une chose est sûre, cet été les choses vont changer.


J’avais envie de lire une romance histoire de faire un break par rapport à ce que je lis habituellement, et j’ai choisi une histoire qui se déroule en été (oui, je suis tout à fait logique comme fille :D). Du coup, j’ai opté pour The Summer I Turned Pretty trouvant le thème sympathique et la couverture super jolie! Mais, eew, j’ai été très déçue par ce début de série. C’est simple, le livre aurait très bien pu s’intituler The Summer When Nothing Happens, au moins j’aurais su à quoi m’en tenir. Oui, vous m’avez bien lu, il ne se passe rien!

Dans mon esprit, j’imaginais une romance profonde et déchirante entre trois individus qui se sont toujours connus, considérés comme des membres d’une même famille, mais dont la vision change ce fameux été. Et ce que j’ai eu, c’était une « romance » superficielle et un personnage principal crispant à souhait.

Mais si je devais commencer par les points positifs du roman, je dirais que la première chose que j’ai apprécié c’était l’habilité avec laquelle Jenny Han a su découper son histoire et incorporer des flashbacks sans pour autant perdre le lecteur. Le récit débute avec la Belly d’aujourd’hui, et au fur et à mesure qu’on apprend des choses sur les deux familles et les événements clés qui ont marqué chaque été, l’auteure nous plonge au coeur de ces scènes passées. C’est quelque chose que j’ai aimé parce qu’après avoir eu l’information, j’ai pu visualiser le moment décrit – ça m’a permis de mieux connaître les personnages et de mieux comprendre leur relation.

Un autre atout pour ce premier opus, c’est l’ambiance familiale et le confort des traditions. Susannah Fisher et Laurel Conklin sont à la fois mères et meilleures amies, et après toutes ces années on remarque combien elles sont complices et combien leur amitié est importante à leurs yeux. Et parce qu’elles sont amies, leurs enfants ont pris l’habitude de se voir tous les étés, ce qui fait qu’au fil du temps une amitié très forte s’est créée. A cela, s’ajoute l’esprit estivale avec la plage, le soleil, les soirées, les repas de famille, les amours, les sorties… Ca m’a plu parce que c’est exactement l’idée que j’ai des vacances d’été!

Enfin, le dernier bon point, c’était Conrad. Je l’ai trouvé mystérieux et je me demandais ce qu’il pouvait bien cacher pour cesser tout à coup de s’intéresser à ce qui comblait sa vie auparavant. A certains moments il paraît méchant avec ses remarques, et d’autres fois je l’ai trouvé mignon comme tout. Dans tous les cas, c’est le protagoniste qui m’a donné envie de poursuivre ma lecture (ça et la rapidité du bouquin).

Mais voilà, il y a des choses qui m’ont irritée. Déjà, Belly, je la trouve puérile à tout le temps vouloir pleurer quand quelqu’un lui fait des remarques négatives, à flirter avec d’autres garçons juste pour en rendre d’autres jaloux, à s’occuper de son bronzage à la noix. La palme d’or revient quand même au moment où elle veut embrasser Conrad alors que quelque chose de grave se produit. Non mais sérieusement, c’est quoi cette nana?? *Boulet spotted*

Et la romance…elle est quasiment inexistante. Tout le livre se porte sur Belly qui est jalouse, qui utilise un pauvre type, qui a toujours été laissée à part etc… Bref, on n’a pas réellement d’intrigue, et ça m’a saoulé de voir que tous les garçons tombent comme des mouches devant la beauté qu’est devenue Belly. Pauvre Conrad, j’espère qu’il trouvera mieux honnêtement!!

Si vous voulez vous décoller la rétine, attraper un torticolis à force de secouer la tête et vous déshydrater à force de souffler – ce livre est fait pour vous. Si vous cherchez une belle romance, passez votre chemin…

Je ne suis pas certaine de donner suite à cette trilogie!

 

Le livre est disponible sur Amazon:

The Summer I Turned Pretty

L’été où je suis devenue jolie

 

Jennifer

Hello!
Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu’elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c’est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

2 pensées sur “The Summer I Turned Pretty de Jenny Han

  • Oui 😛
    C’est exactement ce pourquoi le livre m’intéressait parce qu’on est témoin de l’évolution des personnages et de leur relation 😀
    En fait, chaque tome reprend la continuation de l’histoire à des âges différents (en grandissant) mais il ne se passe rien et la romance promise est absente… Je sais que c’est un roman plage mais j’attends quand même un minimum de contenu 😀

    Répondre
  • au moins ton avis est bien tranché :p ! je ne l’ai pas lu, et vu ta critique ça ne me donne pas envie de le lire, c’est dommage parce qu’une romance sur fond d’amis d’enfance, ça pourrait être sympa pour une lecture pas prise de tête. mais du coup je me demande vraiment comment on peut faire une trilogie d’une histoire comme ça au final …

    Répondre

Laisser un commentaire