Truthwitch de Susan Dennard

Truthwitch est le premier tome de la série The Witchlands.

L’histoire relatée est celle de Safiya fon Hasstrel et d’Iseult det Midenzi deux sorcières et soeurs de coeur qui fuient toutes deux leur passé et héritage. Safiya est une Truthwitch, elle est capable de démêler le vrai du faux tandis qu’Iseult est une Threadwitch soit une sorcière capable d’analyser les émotions par sa perception des couleurs. Mais en plus de cela, Safiya est une domna, une noble issue de l’empire de Cartorra, et Iseult est une nomatsi, une nomade au physique particulier qui lui vaut d’être considérée, elle et son peuple, comme une créature du mal. Alors que celles-ci survivent en braquant les plus riches (tout en faisant attention à ne pas éveiller la curiosité des autorités), les jeunes filles dont le piège semblait parfait commettent la plus grosse des erreurs: tomber sur un Guildmaster, une figure de la richesse et de l’autorité, et ses gardes dont un mercenaire nommé Aeduan qui se trouve être un Bloodwitch. Safi et Iseult sont dorénavant les cibles du traqueur et doivent fuir le plus loin possible pour survivre. Elles feront en chemin des rencontres inattendues et des retrouvailles aussi bonnes que mauvaises.


La première chose que j’ai remarqué c’était à quel point Susan Dennard a travaillé dur pour offrir aux lecteurs un texte original et riche. L’univers des Witchlands est unique, attrayant et j’ai été complètement absorbée par ce monde et ses différents peuples. Il s’agit certes de sorcières, un thème pas très nouveau, mais tout ce qui s’y rattache n’a rien d’un sentiment de déjà-vu. En tout cas, je n’ai jamais lu un livre qui mêlait les caractéristiques de Truthwitch. L’univers dépeint une série d’empires ayant tous le propre souverain, et ces souverains ont tous signé la Twenty Year Truce, un traité qui stipule que sous certaines conditions des actes peuvent être entrepris sans pour autant mettre fin à cette trêve et ainsi déclencher une guerre.

Mais voilà, le traité est gênant car il empêche les jeux politiques et la conquête d’un pouvoir toujours plus grand, on a donc certains dirigeants stratèges qui cherchent implicitement à mettre fin à cette trêve. D’un autre côté, on a les sorciers et sorcières qui vivent évidemment avec le reste des citoyens de l’empire, certains dirigeants détenant eux-mêmes des pouvoirs surnaturels. Cependant, certains sorciers et sorcières peuvent se trouver en grand danger notamment lorsque leur pouvoir est unique et utile aux stratagèmes politiques, ce qui est le cas de Safiya puisque son habilité à identifier le vrai du faux est un outil précieux pour les politiques. Ensuite on des peuples comme les Nebrevnans qui se sont fait spoiler et contaminer leurs ressources ce qui fait que les populations sont affamées.

Concernant les sorciers et sorcières, il y a différentes catégories: Truthwitch, Windwitch, Threadwitch, Bloodwitch (qui contrôle le sang), Voidwitch (qui siphonne les pouvoirs), Ironwitch (qui manipule le fer), Waterwitch, Firewitch….et certainement bien d’autres dont on n’a pas encore la connaissance. J’ai adoré toutes ces différences que je considère bien pensées, d’autant plus que tout cela s’imbrique bien dans l’histoire.

Au début, ma lecture était un peu laborieuse, l’auteure nous donne beaucoup d’informations d’un coup alors qu’on n’est pas encore habitué à son univers, on ne sait pas trop ce que les personnages sont les uns pour les autres. Mais au fur et à mesure tout s’éclaircit et on arrive à distinguer les enjeux politiques et sociaux.

Les personnages sont géniaux qu’ils soient gentils ou méchants. J’ai rapidement aimé Safi et Merik Nihar (prince de Nubrevna) et leur relation (au sens large, hein, pas de spoiler). Safi est joyeuse, grande gueule, taquine, guerrière, gentille mais elle a le don pour s’attirer les ennuis. Merik, il me fait rire parce que lui aussi est taquin, charmeur mais c’est aussi un prince doté de moralité, de loyauté, de courage, il est prêt à tout pour son peuple. Iseult, elle, est combattive, courageuse, mais elle plus introvertie, rien ne paraît sur son visage. Elle est rejetée par ceux qui détestent les nomatsis, elle n’a jamais été proche de sa famille, elle n’a pas vraiment de chance non plus… Aeduan, lui, est un mercenaire pur et dur, il n’a pas de pitié, il en est presque inhumain. Leopold (Polly pour les intimes), je l’ai apprécié, puis je ne l’ai plus aimé, puis j’ai l’ai apprécié de nouveau…hmm. Bref, on n’a pas de personnages gnian-gnian, pas de pleurs inutiles, les personnages sont forts et ils ont aussi de jolies faiblesses.

Je n’ai pas été captivée par la relation entre Safi et Iseult. En fait, je ne les trouvais pas très naturelles quand elles étaient ensemble, j’avais l’impression que l’auteure forçait cette amitié, je n’y voyais pas de complicité. Du coup, j’avais du mal à les apprécier lorsqu’elles étaient ensemble. Par contre, durant leurs moments de séparation, j’ai appris à les aimer individuellement, je suis arrivée à mieux percevoir leur personnalité. Et bizarrement, après cela, j’ai trouvé leur amitié formidable, parce que Susan a pu approfondir un peu plus ses personnages en leur permettant de vivre des expériences individuelles. Et même si cette amitié est belle, j’aime bien quand les filles sont séparées, il se passe tellement de choses qu’on ne sait plus où donner de la tête.

D’ailleurs, en parlant de ça, Truthwitch est plein d’action, de répliques piquantes, de combat, de suspens. Et bien sûr, qui dit sorcier/sorcière dit magie noire….

Par rapport aux intrigues, je les ai adoré parce que je suis friande des « thrillers » politiques, et là en prime on a le côté fantastique avec toutes les sorcières, et le côté historique avec les différents royaumes, donc c’est tout bénéf !

Un petit bémol: 2-3 fautes de frappe…

 

Cliquer pour révéler les spoilers

 

Bref, Truthwitch est vraiment génial et je conseille cette série à tous ceux qui cherchent quelque chose d’original, de créatif, de bonnes intrigues, de bons personnages… C’est un coup de coeur 2016!

Le livre est disponible sur Amazon:

Truthwitch

 

Jennifer

Hello! Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu'elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c'est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

2 pensées sur “Truthwitch de Susan Dennard

  • Cela concerne juste une petite part de l’histoire, le livre reste fantastique mais vraiment super !

    Répondre
  • je suis également fan de thriller politique alors j’ai évité de trop regarder la partie contenant des spoilers mais c’est tentant

    Répondre

Laisser un commentaire