Warcross de Marie Lu

Warcross est le premier tome d’une duologie.

Pour Emika Chen, Warcross est bien plus qu’un jeu, c’est un mode de vie qui lui permet d’oublier son triste quotidien. Mais l’effet est éphémère puisque la dure réalité la rattrape: Emika n’a plus d’argent et va bientôt se faire expulser de son logement. Au bout du rouleau, elle décide de hacker le Championnat International de Warcross afin de dépouiller les joueurs de leurs objets les plus précieux en vue de les revendre sur le marché noir. Mais en mettant les biens dans son inventaire, Emika devient visible aux yeux des joueurs et des millions de téléspectateurs, la plaçant ainsi sous les projecteurs de la presse. Alors qu’elle pensait finir sa vie en prison, Emika se voit offrir un travail par le créateur du jeu lui-même, Hideo Tanaka. Il souhaite que cette dernière intègre le Championnat sous couverture afin qu’elle démasque la personne responsable des failles de sécurité dans le jeu. Cependant, durant son investigation, Emika va découvrir un complot qui dépasse l’imagination.

En nous proposant un univers qui mélange réalité virtuelle et jeu vidéo, Marie Lu a fait de Warcross l’une des sorties les plus attendues de l’année! Je ne vous cache pas que j’étais inquiète en voyant toute cette popularité et ces bonnes notations – tous mes amis sur Goodreads avaient été impressionnés par ce début de duologie. Quant à moi… Même si j’ai trouvé le livre agréable, je dois dire que je m’attendais à beaucoup mieux!

Warcross est le jeu populaire qui règne en maître sur le monde. Grâce au NeuroLink – des lunettes dont l’algorithme permet au cerveau de faire de la réalité virtuelle une réalité vraie – tous les individus peuvent non seulement jouer et assister à des matchs virtuels, mais en plus, ils peuvent embellir leur quotidien à leur guise! Tout le monde détient un niveau de jeu et chaque tâche accomplie rapporte des points. Selon l’importance du niveau, certaines personnes peuvent devenir des joueurs professionnels et être choisies pour participer au Championnat International de Warcross qui a lieu tous les ans. Ce Championnat, qui comprend plusieurs équipes de professionnels, peut également inviter des Wild Cards – des joueurs lambda qui se sont montrés exceptionnels.

Emika Chen, justement, fait partie de ces Wild Cards. Après la mort de son père, cette dernière s’est réfugiée dans le jeu qu’elle considère comme une échappatoire, et lorsque celle-ci revient à la réalité, c’est pour offrir ses services comme chasseuse de primes. Cependant, le travail ne court pas les rues et la protagoniste se retrouve sans un sous en poche. Du coup, le seul moyen pour elle de se faire de l’argent est de hacker le système de Warcross et de dépouiller les joueurs de leurs objets les plus précieux pour ensuite les revendre aux plus offrants. Seulement, tout ne se passe pas comme prévu et Emika se fait repérer par Hideo Tanaka (le créateur du jeu) et va finir ainsi par travailler pour lui. Elle qui rêvait de jouer dans Wacross, elle va enfin pouvoir disputer ses premiers matchs! Mais si elle pensait rapidement boucler l’affaire et trouver le responsable des problèmes de sécurité, Emika va se voir embarquée dans un complot des plus dangereux!

Donnez-moi ce NeuroLink TOUT DE SUITE.

Woa, Marie Lu m’a emportée dans un monde époustouflant de vivacité et de fantaisie. Warcross est une réalité virtuelle vibrante et sensationnelle qui nous fait tant rêver par ses paysages allant de New York à Tokyo que par sa capacité à permettre un modelage du quotidien! Et si nous pouvions adopter un dragon? Voler? Faire disparaître un handicap? Voilà des possibilités qui nous sont offertes avec le NeuroLink – ponctuer sa vie de rêves et d’opportunités saisissantes. J’avais l’impression d’y être!

Néanmoins, malgré ce concept fascinant, l’auteure pose la question de l’éthique. Warcross est un immense spectacle synonyme de gloire, d’argent et de privilèges, et certains individus ne vivent que pour cette fausse réalité. A partir du moment où l’on peut se créer une vie idéale, à quoi bon revenir à la réalité vraie? Même si le jeu peut être un bon divertissement, au bout d’un moment, cela doit rendre la vraie vie plus difficile à supporter, non?

Warcross étant une tendance mondiale, c’est avec plaisir qu’on note la diversité des personnages! D’abord Emika avec ses cheveux colorés, son tatouage atypique, son côté skateuse, hackeuse et chasseuse de primes! J’ai adoré suivre son histoire, elle se montre intelligente, compatissante et même aventureuse. Ensuite, on a Hideo qui a créé son premier prototype du NeuroLink alors qu’il n’avait que onze ans. Son passé douloureux l’a rendu intéressant. Mais je dois dire que j’ai davantage aimé les personnages secondaires notamment Asher, Roshan et Hemmie, ils forment une formidable équipe et j’aimerais en apprendre plus sur eux.

Mais le plus intéressant, c’est quand même Zero, cet inconnu malveillant qui n’arrête pas de modifier les codes du jeu. Si Warcross représente le côté fantaisiste de la réalité virtuelle, il s’en est cependant crée un univers alternatif – le Dark World. Là-bas, tout est permis: paries, assassinats, hacking, réseaux de délinquance… Bref, on y trouve les personnes les plus dangereuses. Et vous savez quoi? J’ai préféré la partie où l’auteure nous présente ce Dark World, je l’ai trouvé mystérieux et captivant! Quant à Zero…

Je l’imaginais en Reverse-Flash!

A part ça, j’ai été déçue par le reste. D’une part, le développement de la romance a pris trop de place dans le roman alors qu’elle n’avait pas son importance dans l’histoire (bon, au moins, elle n’est pas niaise, c’est déjà ça). J’aurais préféré qu’Emika se rapproche davantage de ses coéquipiers de jeu qui, eux, étaient vraiment géniaux. J’ai juste l’impression qu’il y a eu une opportunité d’amitié qui n’a pas été saisie. Je veux de la camaraderie, bon sang!

D’autre part, les scènes de jeu décrites par l’auteure étaient trop brèves et manquaient de piment – Emika se sortait du pétrin un peu trop facilement! Pourtant, le Championnat était ce qu’il y avait de plus important en termes d’action… Grosse déception donc, surtout que l’auteure avait de très bonnes idées concernant les affrontements! Du coup, j’ai trouvé le rythme global du livre assez lent

Au final, le plus gros problème, c’est le manque de surprise. Tout était prévisible! Et pourtant, je vous promets que je suis une tâche quand il s’agit de deviner une fin, c’est pour dire!

Je ressors donc mitigée de cette lecture. On ne mentionnera pas le fameux « she released a breath she didn’t know she was holding » qui a fait deux fois son apparition et qui m’a juste fait marrer. Ahem x)

Note: il semblerait que Warcross prenne place 80 ans avant les événements de Legend (la première trilogie de l’auteure). Ne regardez pas votre écran comme ça, je suis aussi choquée que vous! 😀

 

Le livre est disponible sur Amazon:

Warcross

Warcross (VF – sortie le 4 janvier 2018)

 

Jennifer

Hello!
Ici Jennifer, blogueuse littéraire qui lit en anglais et qui adore tellement bavarder qu’elle en écrit de longues revues. Oups. Mais c’est pas grave! Viens découvrir mes chroniques et passe du côté obscur de la force! On est bien du côté obscur, non?

6 pensées sur “Warcross de Marie Lu

  • Je pense que je vais passer. Je sais pas ce côté réalité virtuelle, ça me tente pas du tout et en plus vu ce que tu dis à la fin de ta chronique… Je vais passer mon tour 😉

    Répondre
    • Ah, c’est dommage parce que le livre a beaucoup de potentiel pour la suite! Mais après si tu n’es pas branchée réalité virtuelle, je comprends! 🙂

  • Ah, dommage que tu n’aies pas été plus convaincue que ça ! Ce roman me fait très très envie avec le côté jeu vidéo, hacker et tout ! Mais j’ai un peu peur qu’il ressemble trop à Player One, que j’avais adoré mais qui utilisait aussi l’immersion virtuelle, le championnat international et un héros loser qui finit au sommet.
    Quand j’aurais vaincu ma PAL et que j’aurais mis des sous de côté, je pense quand même l’acheter pour le lire, et je verrai si j’en ressors avec le même arrière-goût que toi 🙂

    Répondre
    • Je n’ai pas encore lu RPO (il faut absolument que j’y remédie!) mais vu le synopsis ça a l’air bien différent (et Emika n’est pas une loser, elle a un vrai talent de hackeuse, donc t’inquiète pas) 😛

      Ca reste un tome prometteur pour la suite, mais c’est vrai que j’avais de grandes attentes et que l’auteure n’a pas su y répondre à toutes 😉

  • Il me tente beaucoup et c’est vrai qu’on l’a vu partout tout d’un coup ! Les avis sont plutôt positifs, peut-être que les points qui t’ont dérangées s’amélioreront dans la suite ? 🙂

    Répondre
    • Je l’avais dans mon viseur depuis l’année dernière, mais là en voyant tous les avis positifs, j’ai eu peur (parce qu’en général, après, ça part à la dégringolade)! Vu la fin, je pense que je vais nettement apprécier la suite (cela dit, l’univers reste génial)! J’espère qu’il te plaira, et je lirai avec plaisir ta revue 😀

Laisser un commentaire